|

Bénin: la cour de cassation, l’option des avocats de Sébastien Ajavon

Suite à la condamnation à 20 ans d’emprisonnement de leur client, les avocats de Sébastien Ajavon n’entendent pas baisser les bras devant cette décision qu’ils qualifient de crime et entendent y faire opposition devant la cour de cassation.

La décision rendue ce Jeudi 18 Octobre 2018 par le juge de la cour de répression des infractions économiques et du terrorisme n’est pas du goût du collège d’avocats qui s’est constitué pour défendre le président d’honneur du parti union social libéral. A travers une conférence de presse qu’ils ont organisé quelques heures après la décision du juge Edouard Gangni, ils ont dénoncé toute la procédure qui a conduit à la condamnation de leur client à 20 ans de prison.

A en croire les conférenciers, la cour de répression des infractions économiques et du terrorisme est une cour privée qui a rendu une décision sur la base d’une instruction qu’elle a reçu. Selon les avocats de Sébastien Germain Ajavon, la décision rendue par la Criet n’est pas une décision acceptable, elle tranche avec toute justice. Aussi, ils affirment ne pas baisser les bras et entendent utiliser tous les moyens en leur pouvoir pour s’opposer à cette décision rendue par le juge de la cour de répression des infractions économiques et du terrorisme.

Dans leur point de presse, les avocats de l’homme d’affaire Sébastien Ajavon devenu acteur politique entendent pourvoir en cassation la décision rendue par le juge Edouard Gangni car estiment-ils, ils n’entendent pour rien au monde accepter cette décision unilatérale prise dans des conditions qui frisent le non droit.

A lire également

12 Commentaires

  1. La criet avait déjà condamné les gens pour les mêmes faire pour 20ans parce que lui est milliardaire que vous criez parce que les autres sont pauvres ils n’ont personnes pour les prendre des avocats c’est pourquoi c’est n’ai pas nouveau ça la démocratie marche maintenant très bien au Bénin vous pouvez parler de politique maintenant y a la même justice pour le pauvre et le riche

  2. KDS. Il semble que tu ne vie pas au Bénin. Tu parle de quelle justice, celle du Bénin ? A cause des personnes comme vous le Bénin restera toujours à la traîne. La question n’est pas porter ton jugement sur une personne, mais de la justice qui est rendu. N’oublie pas que tu pourra aussi écopé de ses 20 années et surtout sans possibilité de faire appel. Ne soyons pas ignorant dans ce pays

  3. Le plus étonnant pour faire croire À l’opinion que la Criet a condamné Loth Houenou dans l’affaire de diffamation contre Adjavon avant sa décision de condamner Adjavon. Ma préoccupation c’est que depuis que Adjavon a convoqué Loth Houenou pour diffamation et il y a déjà même eu deux audiences sur cette affaire ( 26 juin et 10 juillet ) pourquoi la Criet n’a jamais tranchée l’affaire et il a fallu que Loth Houenou fasse un audio en se déclarant opposant au régime et en insultant le PR pour que la Criet sache qu’il a avait eu diffamation contre Adjavon? Cela voudrait dire que si tu es de la mouvance, tu peux faire tout ce que tu veux sans être poursuivi ? Car au moments des deux premières audiences Loth Houenou défendait le régime en place. Et de deux, pourquoi doit-on aller jusqu’à créer une instance particulière pour juger une affaire déjà jugée? Cela voudrait dire que les autres instances ne sont pas compétentes pour juger l’affaire ou on peut créer une instance particulière pour juger une affaire quand une décision de justice ne nous arrange pas? Quand on m’interpelle pour une cause, en tant que citoyen je ne peux pas avoir accès au contenu des éléments qui sont retenus contre moi pour me défendre? Voilà quelques interrogations que je n’arrivent pas à avoir les réponses. SI un juge qui prête serment avant d’entrer dans le corps judiciaire n’arrive plus à suivre la déontologie de son métier vaut mieux pour lui qu’il reprenne ces cahiers de cours sinon après il salira le corps de par ces soi-disant décisions et on prendra tout le corps judiciaire comme un désert de compétence.

  4. Nul est au dessus de la loi. Mon Cher KDS je soutiens ton affirmation car pauvre comme riche nous avons le même droit. Nul n’a le droit de défier la justices de son pays. Si M. Ajavon ne se reprochais pas quelques choses il aurait dû se présenter à la CRIET et on allait voir plus clair dans le dossier et avoir le point de vue de chacun mais cela n’a pas été le cas. Donc la condamnation est justifié car nous avons tous les mêmes droit pauvre comme riche.

Laisser un commentaire