A la UneSociété

Bénin: la tête de deux bandits mise à prix par la police républicaine

La police républicaine est décidée à mettre la main sur les deux malfrats qui ont causé la mort du Sous Brigadier Bernard Mohamed Chabi. A cet effet, le Directeur départemental de la police républicaine du Borgou (DDPR) a lancé un appel à l’endroit de tous ceux qui peuvent fournir des informations pouvant aider à interpeller les mis en cause.

Dans un communiqué rendu public après le décès du policier, le DDPR a invité les populations à une franche collaboration par la fourniture d’informations afin que ces « divorcés sociaux, récidivistes, susceptibles de réitérer de pareilles agressions, soient retrouvés et présentés aux instances judiciaires ».

--- Publicité---

Par ailleurs, une forte récompense est réservée à toute personne capable de fournir des renseignements sur ces agresseurs tapis dans la ville de Parakou et ses environs. L’objectif visé par cette traque est d’empêcher ceux ci à reprendre leur sale besogne qui met à mal la quiétude des populations de la cité de Koubourou.

[su_heading size= »17″]A lire aussi: Bénin: décès d’un policier suite aux coups de poignard reçu lors d’une patrouille[/su_heading]

Retour sur les faits relatés par le DDPR

Le défunt était à la tête d’une équipe de patrouille, régulièrement en mission commandée, ce mardi 09 octobre 2018 aux environs de 02 heures 30, au quartier Gbira dans le troisième arrondissement de la commune de Parakou. Au cours de leur mission, ayant aperçu des suspects qui pilotaient deux motos d’origine douteuse dont l’une était tractée, l’équipe s’est mise à leur poursuite. C’est alors que les malfrats ont abandonné les deux motos et pris la clé des champs.

Dans l’intention de les appréhender, une course-poursuite s’est engagée. Pendant qu’il tentait d’arrêter l’un des suspects, l’agent a été poignardé au niveau de la cage thoracique, blessure à laquelle il succomba malheureusement après évacuation et administration de soins intensifs au CHUD Borgou.

---Publicité---

3 commentaires

  1. le soldat ne meurt jamais car son âme continuera de veiller sur ses collègues afin que ces divorcés sociaux soient appréhendés et mis au youf.
    RIP brave soldat .Le peuple béninois ne t’oubliera jamais !!!

  2. C’est également une invitation a renforcer voir améliorer la formation de nos hommes en uniformes et surtout a les dorer d’équipements modernes de défenses.

Bouton retour en haut de la page
Fermer

Adblock détecté

Pour continuer à bénéficier gratuitement des services de ce site, vous devez d'abord supprimer votre bloqueur de publicité