Bénin: 40 établissements hospitaliers privés autorisés par le ministre de la santé

L’ ouverture et l’exploitation des établissements hospitaliers (cabinets/clinique) privés doivent répondent à des normes définies par des lois en la matière. Pour veiller au respect de ces normes par les promoteurs de cabinets et de cliniques, le ministère de la santé a enclenché depuis peu une opération d’assainissement du secteur. Celle ci a déjà permis de distinguer quarante (40) établissements hospitaliers privés qui respectent les normes qui régissent le secteur.

Par arrêté N°081/MS/DC/SGM/CTJ/DNSP/SA/O82SGG18, le ministre Benjamin Hounkpatin a donné l’autorisation d’ouvrir et d’exploiter un cabinet médical/clinique dans le respect de la déontologie et des textes en vigueur au Bénin à (40) établissements hospitaliers privés. Selon le même arrêté, l’autorisation est uniquement donnée pour ouvrir et exploiter un seul établissement sanitaire privé sur toute l’étendue du territoire national.

En son article 3, l’arrêté précise que des sanctions sont prévues en cas de violation de ladite autorisation. « Toute violation de l’autorisation d’ouverture et d’exploitation d’établissement sanitaire entraîne pour l’auteur de la violation à subir les sanctions prévues par la loi 97-020 du 17 juin 1997, nonobstant les poursuites judiciaires ». Mieux, au cas où il s’avérerait que le bénéficiaire d’une autorisation conserverait des liens contractuels ou similaires avec une formation sanitaire publique, la présente autorisation s’annule automatiquement.

Il faut souligner que les établissements sanitaires déjà fonctionnels et ne respectant pas les normes en vigueur pour l’ouverture et l’exploitation sont en train d’être fermés depuis quelques semaines.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus