Bénin: la guerre de logo met en difficulté la constitution d’un bloc unique pour l’opposition

A quelques mois des élections législatives, les partis d’opposition ont toujours du mal à accorder leur violon sur la constitution d’un bloc unique. Si à travers les paroles, il ressort constamment l’idée de l’union des partis d’opposition,  dans les actes, le projet souffre à se concrétiser.

L’union tant prônée par les leaders de l’opposition a toujours du plomb dans les ailes. Selon Stanislas Houngbédji, membre du parti de l’union sociale libérale(USL), les complexes de supériorité mettent en difficulté la volonté d’unité des forces de l’opposition. Invité ce Dimanche 23 Décembre 2018 dans l’émission sociopolitique « Sans langue de Bois » de radio Soleil fm, il a laissé transparaître que les forces de l’opposition ont du mal à s’entendre pour constituer un bloc unique en vue des élections législatives de Mars  2019.

[su_heading size= »17″]A lire aussi : Bénin: l’he Guy Mitokpè appelle à une « opposition unifiée avec un logo et un nom consensuels »[/su_heading]

A le croire, le parti des Forces Cauris pour un Bénin Émergent met en difficulté l’unité tant prônée pour ne pas aller en rang dispersé affronter les deux partis du chef de l’Etat , le président Patrice Talon. Selon Stanislas Houngbédji, une guerre de logo serait à la base de la mésentente qui fragilise l’union entre les leaders de l’opposition.

Le parti de l’ancien chef d’Etat, Thomas Boni Yayi serait fermé à toute concession pour faciliter cette union de l’opposition malgré les messages de l’unité qu’ils ont lancé lors de leur dernière session ordinaire de mise en conformité aux exigences de la nouvelle charte des partis politiques et du nouveau code électoral.

A le croire, l’opposition tâtonne toujours alors que les élections législatives s’avancent à grands pas. Pour l’acteur politique de l’union sociale libérale, les responsables du parti des Forces Cauris pour un Bénin Émergent tentent à tout prix d’imposer le logo de leur formation politique au motif de la popularité et de la notoriété qu’aurait acquis ledit logo. Cette intransigeante position des Forces Cauris pour un Bénin Émergent serait ce qui freine actuellement l’appel à l’unité pour affronter la mouvance au pouvoir; précise l’invité de soleil fm.

Par ailleurs, précise -t-il, le parti de l’ancien ministre délégué en charge de la défense, Candide Azannaï observe depuis un moment un retrait énigmatique des séances de discussion de l’opposition. En cause, l’échec de la démarche de réconciliation entre lui et l’ancien chef d’Etat. Malgré ces entraves à l’unité, Stanislas Houngbédji garde l’espoir que ces forces politiques finiront par trouver la formule de se mettre ensemble pour éviter des débâcles individuelles lors de l’élection législative à venir.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus