Bénin: levée de boucliers contre la nouvelle taxation de la connexion internet

‘’Taxe pas mes Mo’’, le slogan ou la lutte qui a fait fléchir le gouvernement et l’a contraint à rapporter son décret pourrait reprendre prochainement. Internautes et utilisateurs d’internet se lèvent à nouveau contre la nouvelle hausse des prix de la communication électronique.

L’Autorité de régulation des communications électroniques et de la poste (Arcep) à l’issue de sa session du 19 novembre dernier a défini les nouvelles grilles tarifaires applicables par les réseaux GSM. C’est à travers la décision n°2018-266/ARCEP/PT/SE/DAJRC/DRI/DMP/GU portant encadrement des tarifs des services de communications électroniques fournis par les opérateurs mobiles en République du Bénin que l’Arcep a consacré la taxation des tarifs d’accès aux forfaits Internet.

Le principe de 1,2f/Mo (tarif minimum) à 3,1f/Mo (tarif maximal) est applicable sous nos cieux. Le prix du forfait moyen de 300 Mo passe de 200fcfa à 360fcfa (pour 300Mo × 1,2f) à 810fcfa (pour 300Mo × 2,7f). Et pour un forfait de 1GB (1024Mo), le consommateur paiera désormais au bon vouloir des opérateurs entre 1228f (1,2f/Mo) et 2048f (2f/Mo) pour des forfaits qui coûtent aujourd’hui 500f.

Déférents aux nouvelles exigences de l’Arcep, les réseaux GSM ont rendu publique la nouvelle tarification en début de semaine. Toute chose qui a suscité indignation et courroux dans le rang des consommateurs. Sur les différentes plateformes et réseaux sociaux, s’observent les appels à la mobilisation pour amener l’ARCEP à courber l’échine. Même des formations politiques s’invitent dans le débat. C’est le cas du parti Force cauris pour un Bénin émergent (Fcbe) qui a sorti un communiqué au soir de ce mercredi 12 décembre voyant la preuve de l’incapacité du gouvernement à mobiliser les ressources adéquates pour financer son programme d’actions.

‘’Un gouvernement qui prétend vouloir faire de l’informatique un facteur de développement, ne peut pas mettre l’accès à l’internet à un prix  prohibitif. Le niveau de vie au Bénin est trop bas pour que le consommateur soit pressuré au point où cinq cent (500) FCFA de recharge téléphonique ne puisse pas faire une (01) heure de consommation électronique’’, indique le communiqué.

 

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus