Nigeria: la banque centrale règle son contentieux de 8 milliards de dollars avec MTN

Le Nigeria a annoncé avoir résolu un différend avec le premier opérateur de téléphonie mobile d’Afrique, MTN, portant sur un montant de 8,13 milliards de dollars (6,96 milliards d’euros) qu’il accusait le géant sud-africain d’avoir rapatrié illégalement dans son pays.

La Banque centrale du Nigeria (CBN) a annoncé lundi 24 décembre avoir résolu son différend de plus de 8 milliards de dollars avec MTN, l’opérateur sud-africain de téléphonie mobile qu’il accuse d’avoir sorti illégalement des flux du pays en violation de la réglementation des changes.

Dans une déclaration faite en fin de soirée, l’institut qui, en août dernier, avait sommé le groupe de rapatrier 8,13 milliards de dollars a indiqué que MTN avait fourni des informations et des documents supplémentaires, clarifiant ses envois de fonds effectués entre 2007 et 2015. Toutes les procédures judiciaires ouvertes dans le cadre de l’affaire vont donc être suspendues, a-t-il précisé. D’après les médias locaux, l’opérateur sud-africain aurait déboursé pas moins de 53 millions de dollars à titre de pénalité pour régler l’affaire, « tandis que de nouvelles discussions se tiendront avec les banques pénalisées sur la manière de gérer les sanctions ».

En rappel, la CNB avait ‘déclaré la guerre’ à la filiale locale de MTN avec incidence directes sur ses titres en bourse. « MTN Nigeria n’a déclaré et payé de dividendes que conformément aux certificats d’importation de capital émis par nos banquiers et avec l’approbation de la CBN, comme l’exige la loi», avait répondu le groupe dans un communiqué publié en septembre qui avait soutenu n’avoir « commis aucune infraction».

Dans une note émise le 10 décembre à l’endroit des actionnaires de la filiale, le groupe avait indiqué être en discussions avec les autorités nigérianes afin de parvenir à « un accord sur leur différend ».

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus