A la UnePolitique

Côte d’ivoire: Soro mène des démarches pour rencontrer Gbagbo à Bruxelles 

L’ancien président de l’Assemblée Nationale ivoirienne Guillaume Soro envisage de rencontrer l’ex-chef d’Etat ivoirien Laurent Gbagbo, qui passe actuellement un séjour à Bruxelles ; en Belgique après son acquittement et sa libération conditionnelle de la CPI.

Au cours de sa conférence de presse le vendredi 15 février 2019, dans son domicile à Abidjan, l’homme-clé de la scène politique ivoirienne depuis vingt ans, Guillaume Soro, ex-chef de la rébellion (2002-2010), 46 ans, a lancé son mouvement politique, dénommé « Comité politique », qui, explique-t-il,  n’est pas un parti mais un « outil », censé « mener des réflexions sur les grandes questions d’intérêt national ».

--- Publicité---

Sans dévoiler pour l’heure, ses ambitions pour la présidentielle de 2020, l’ancien chef du Parlement ivoirien Guillaume Soro, a clairement affiché son désir de rencontrer l’ex-chef d’Etat de la Côte d’ivoire Laurent Gbagbo, libéré sous condition par la Cour Pénale Internationale et qui passe pour le moment un séjour en résidence surveillée à Bruxelles.

« Si le président Gbagbo le désir ; et j’en ai déjà fait l’appel, je le rencontrerai. Il a été président de la Côte d’Ivoire, j’ai été son premier ministre, s’il le désir, je le rencontrerai », a déclaré Soro, lors de sa récente conférence de presse.

Poursuivit devant la CPI, pour crime de guerre et crime contre l’humanité dans le sillage des violences postes-électorales de la présidentielle de 2011, l’ex-chef de l’Etat ivoirien Laurent Gbagbo a été acquitté le mardi 15 janvier 2019, par la CPI, avant d’être remis en liberté conditionnelle le vendredi 1 er février 2019. C’est ainsi qu’il a regagné la Belgique qui a accepté de l’accueillir, en raison de sa seconde femme et son fils qui y vivent.

Laurent Gbagbo, un objet de séduction

Une semaine après son installation à Bruxelles, Laurent Gbagbo attire l’attention de certaines têtes de l’opposition ivoirienne. Il est devenu une figure clé sur qui, il faut pouvoir compter pour la prochaine élection présidentielle de 2020.  Après l’ancien président de la Côte d’Ivoire Henri Konan Bédié (1993 à 1999) et président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire, qui aurait désigné Jean-Louis Billon comme émissaire entre lui et l’ex-chef d’Etat ivoirien Laurent Gbagbo en vue de la mise en place d’une plateforme de l’opposition, « Soro »  tente de rencontrer « Gbagbo ». Ainsi, il a lui aussi, émis le vœu de le voir à Bruxelles.

Dans les coulisses, d’autres ténors de l’opposition envisagent également une rencontre avec Gbagbo qui laisse croire que ce dernier semble être perçu tel le « messie » de la politique ivoirienne. C’est dire donc que, la libération de Gbagbo, bien que cela soit conditionnée, influence même de loin, la politique de son pays. Son retour en Côte d’Ivoire doit inquiéter ses adversaires politiques et fortifier ses sympathisants, mais la plus grande question est de savoir, si il sera candidat en 2020 ? On s’interroge.

---Publicité---

Bouton retour en haut de la page
Fermer

Adblock détecté

Pour continuer à bénéficier gratuitement des services de ce site, vous devez d'abord supprimer votre bloqueur de publicité