Sport

Disparition d’Emiliano Sala: l’épave ne pourra plus être remontée à la surface

Le corps, localisé dans l’épave de l’avion qui avait disparu le 21 janvier avec à son bord le footballeur Emiliano Sala et le pilote David Ibbotson, a été repêché. Mais si « le corps est actuellement transporté à Portland », où il sera autopsié, « malheureusement, les tentatives de récupération de l’épave ont échoué ».

Le Bureau d’enquête britannique sur les accidents aériens (AAIB) vient d’annoncer qu’un corps a été récupéré dans l’épave de l’avion. « Dans des conditions difficiles, l’AAIB et ses entrepreneurs spécialisés ont réussi à récupérer le corps vu précédemment au milieu de l’épave », indique-t-il. « L’opération s’est déroulée dans la plus grande dignité possible et les familles ont été tenues informées des progrès réalisés. »

--- Publicité---

[su_heading size= »17″]A lire aussi : Disparition d’Emiliano Sala: un corps récupéré dans l’avion [/su_heading]

Le communiqué précise que « le corps est actuellement transporté à Portland », où il sera autopsié, et que « malheureusement, les tentatives de récupération de l’épave ont échoué ».

« Malheureusement, les tentatives de récupération de l’épave de l’avion ont été infructueuses avant que les mauvaises conditions météorologiques ne nous obligent à faire remonter le ROV (un robot sous-marin, ndlr) au navire. Les prévisions météorologiques sont médiocres dans un avenir prévisible et la décision difficile a donc été prise de mettre fin à l’ensemble de l’opération », précise l’AAIB aujourd’hui.

En annonçant la fin de l’opération, l’AAIB a expliqué avoir recueilli toutefois de nombreuses informations lors de l’inspection du Piper Malibu. « Bien qu’il n’ait pas été possible de récupérer l’avion, l’enregistrement vidéo volumineux capturé par le robot devrait fournir des preuves précieuses pour notre enquête de sécurité », ont indiqué les enquêteurs. Un rapport intermédiaire sera publié le 21 février prochain.

Comme l’explique Frédéric Dubois, directeur de la filiale française de l’entreprise GEOxyz qui était chargé des opérations dans la Manche, à L’Équipe, « il n’y a pas d’obligation légale d’enlever l’épave, elle ne représente pas un obstacle à la navigation ». L’AAIB a en tout cas repris la main dans l’enquête, après avoir laissé les équipes de la société Blue Water Recoveries poursuivre le travail sur des fonds récoltés par une cagnotte en ligne.

---Publicité---

Bouton retour en haut de la page
Fermer

Adblock détecté

Pour continuer à bénéficier gratuitement des services de ce site, vous devez d'abord supprimer votre bloqueur de publicité