[Exclu] Quiproquo autour du certificat de conformité: Célestine Zanou livre ses remèdes

En cette veille des élections législatives où la tension monte dans tous les camps politiques, une voie que beaucoup croyait muette, s’est élevée pour recentrer le débat et définir ce qui doit être la priorité des différents acteurs. Il s’agit de Célestine Zanou qui, dans une déclaration exclusive faite au micro de Bénin Web TV ce samedi 23 février 2019, a appelé les acteurs politiques au dialogue pour la préservation de la paix.

Dans sa déclaration, Célestine Zanou se dit inspirée par trois hommes célèbres du continent africain ces derniers jours où elle observe avec beaucoup d’interrogations et d’appréhensions, la classe politique béninoise. Des hommes de qui, elle va tirer des propos forts pour montrer, non seulement, comment le peuple béninois aspire à la quiétude pour travailler au développement de son pays, mais aussi que la démocratie est une construction permanente qui a ses fondamentaux, mais qui peut très vite virer au vinaigre dès que le dialogue en est exclu. C’est pourquoi elle invite tout le peuple béninois à faire des consultations électorales, des occasions où se croisent les idées. Ci-dessous, l’intégralité de sa déclaration.

«  Lorsqu’on ne sait pas ce qu’on cherche, on ne comprend pas ce qu’on trouve ».

Joseph Ki-Zerbo 

« Que veut le peuple béninois ou que cherche t il précisément ? » Notre peuple veut la paix. Notre peuple cherche à rester collé aux engagements pris à la Conférence des forces vives de la Nation et qui ont noms : état de droit, multipartisme intégral même s’il est à réformer , le libéralisme économique ; dans le détail on y retrouve : la liberté d’expression , le choix des dirigeants au travers d’ élections libres et transparentes, le fair play dans le jeu démocratique etc… Notre peuple aspire à la quiétude pour travailler au développement de notre pays. Si nous ignorons ces trois choses à quelque niveau où nous nous trouvons, dans quelque camp où nous nous trouvons, alors il nous sera difficile de comprendre ce que nous allons trouver.

« Alors mes amis, merci pour votre détermination à éviter toute violence, merci pour votre détermination à exclure de notre conduite tout esprit de vengeance, tout esprit de règlement de compte, nous devons la main dans la main bâtir ce pays »

MGR Isidore de Souza

En cette veille d’élections législatives , la fierté ne se lit pas sur le visage des honnêtes citoyens, la quiétude n’est pas au rendez-vous et la peur serre des gorges. Or, MGR Isidore de Souza a dit à la conférence nationale des forces vives de la Nation en 1990 « Plaise au ciel qu’aucun bain de sang ne nous éclabousse et ne nous emporte dans ses flots ». Il a aussi dit « Alors mes amis, merci pour votre détermination à éviter toute violence, merci pour votre détermination à exclure de notre conduite tout esprit de vengeance, tout esprit de règlement de compte, nous devons la main dans la main bâtir ce pays » .

Le peuple béninois a fait sien ces phrases célèbres que j’ai eu du plaisir à rappeler dans une communication présentée le 1er février dernier au colloque consacré à l’illustre prélat. Voilà des phrases qui sonnent aujourd’hui comme pour nous rappeler les causes et les engagements pris il y a 28 ans exactement à la Conférence Nationale et qui tiennent lieu de testament à ne pas déchirer ni trahir pour quelque raison que ce soit.

La démocratie est une construction permanente qui a ses fondamentaux mais qui peut très vite virer au vinaigre dès que le DIALOGUE en est exclu. Et qui dit dialogue dit au moins deux parties qui se déterminent à échanger pour aplanir les divergences et trouver un terrain d’entente. Dans ce cadre aucun jusqu’auboutisme, aucun égo ou orgueil , aucune méfiance, aucune défiance na’ de place car seul le Bénin devient la préoccupation de tous.

C’est exactement ce qu’ont compris ceux et celles qui ont honnêtement et sincèrement choisi de faire de la politique car pour être appelé politique, le gouvernement de la cité doit être l’œuvre d’Hommes de cœur, de foi et vision, épris de paix et ayant pour leitmotiv le dialogue.

 « Nous travaillerons ensemble pour soutenir le courage là où il y a la peur, pour encourager la négociation là où il y a le conflit et donner l’espoir là où règne le désespoir ? »

Nelson Mandela

C’est tout le sens de ma démarche et de mes propos de ce jour samedi 23 février.
Consolidons la démocratie béninoise chèrement acquise. Construisons ensemble le pays de nos rêves. Faisons de nos consultations électorales des occasions où se croisent les idées.

Le Conseil National pour la Paix

Pour ce faire, je propose qu’à l’instar de ce que j’ai vu ailleurs, le Bénin se dote d’un cadre formel et institutionnel de dialogue et de paix comme le modèle ghanéen, le National Peace Council . L’objectif est d’éviter pour le peuple, ces turbulences qui réveillent peur et angoisse à l’approche ou à la veille des consultations électorales.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus