Un « plan d’investissement climatique » de 400 milliards de dollars pour le Sahel

Les chefs d’Etat et de gouvernement de 17 pays du Sahel vont tenir un sommet lundi à Niamey pour valider un « plan d’investissement climatique » de 400 milliards de dollars (plus de 350 milliards d’euros) sur 12 ans.

Pour lutter contre les effets du réchauffement, les 17 pays de la bande sahélienne, allant de l’océan Atlantique à la Corne de l’Afrique, vont bénéficier d’un « programme prioritaire » et « très ambitieux » pour soutenir leurs engagements dans la lutte contre le réchauffement climatique. Selon le ministre nigérien de l’environnement, Almoustapha Garba, lors d’une conférence de presse il s’agit d’un « programme prioritaire » axé sur six projets visant diverses actions sur le terrain, pour « limiter » les émissions des gaz à effet de serre et pour permettre aux populations « de s’adapter aux changements climatiques ».

Ce programme, poursuit-il, qui doit « être mis en œuvre sans attendre », sera soumis aux partenaires techniques et financiers lors d’une table ronde mardi à Niamey « en vue de son financement », a noté M. Garba. « A travers l’Accord de Paris, les pays développés à l’origine du réchauffement du climat se sont engagés à mettre à la disposition de l’ensemble des Etats parties les ressources financières nécessaires pour mener ces différentes actions en vue d’arriver à l’objectif global de limiter le réchauffement de la planète. »

La région du Sahel, qui abrite plus de 500 millions d’habitants pour une superficie d’environ 10 millions de km2 est extrêmement vulnérable aux changements climatiques, « ce qui fragilise à la fois les conditions de vie des populations et les écosystèmes », et favorise la dégradation et l’érosion côtière.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus