Afrique du Sud: un nouveau rapport d’experts accable Jacob Zuma

Longtemps resté muet sur la scène politique sud-africaine, l’ancien président sud-africain Jacob Zuma est à nouveau sous le feu des critiques. Il est accusé d’avoir utilisé les services de renseignements du pays pour servir ses intérêts politiques et personnels, notamment contre son successeur Cyril Ramaphosa, selon un rapport officiel.

Ledit rapport qui accable l’ancien dirigeant sud-africain a été rendu public samedi sur l’initiative du président Cyril Ramaphosa. Le document rédigé par un groupe d’experts conduit par l’ex-ministre Sydney Mufamadi, détaille sur une centaine de pages une longue série de « sérieuses violations de la constitution » qui ont abouti à une « politisation des renseignements ».

Selon le rapport, certains membres de l’Agence de sécurité d’État (SSA) ont mené, sur ordre de Jacob Zuma et de son ministre en charge de la Sécurité d’Etat, une campagne visant à empêcher Cyril Ramaphosa de lui succéder à la tête du Congrès national africain (Anc) au pouvoir et de l’Etat. Une « unité spéciale » a ainsi lancé en 2016 « trois opérations visant à empêcher la distribution de propagandes électorales (au profit de Cyril Ramaphosa), à perturber le transport de groupes dissidents (hostiles à Jacob Zuma) », écrit le rapport.Ces nouvelles moins reluisantes pour Jacob Zuma relancent une fois, les polémiques sur l’avenir de l’homme réputé avoir beaucoup  de démêlées avec la justice de son pays. Il faut rappeler que le Vice-président de Jacob Zuma, Cyril Ramaphosa lui a succédé à la tête de l’ANC en décembre 2017. Il l’a contraint deux mois plus tard à la démission de la présidence du pays à cause des scandales de corruption qui ont émaillé son règne.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus