Algérie: après quelques plumes, Bouteflika vient de perdre une aile

Le chef du parti au pouvoir, celui du président, en Algérie a déclaré qu’il soutenait les manifestations contre le président Abdelaziz Bouteflika.

Les critiques ont estimé que cette décision mercredi visait à sauver la réputation du FLN, le Front de libération nationale, alors que le désenchantement grandissant à l’égard de la structure du pouvoir algérien augmentait. Le chef par intérim du FLN, Moab Bouchareb, a déclaré lors d’une réunion des chefs de parti que le parti « soutenait le mouvement populaire ». Mais il a également semblé soutenir la « feuille de route » de Bouteflika pour des réformes politiques. On a reproché à Bouchareb lui-même d’être un dirigeant considéré comme corrompu et déconnecté de la jeunesse algérienne en difficulté.

Les manifestants veulent que Bouteflika, malade, se retire après 20 ans au pouvoir. Bouteflika a réagi en abandonnant les projets de cinquième mandat et en promettant des réformes. Mais il a aussi retardé les élections présidentielles indéfiniment et donc compte prolonger son quatrième mandat en attendant la mise en place des réformes annoncées. Une situation que le peuple n’est pas prêt à accepter, ce qui fait continuer les manifestations et la réclamation de la démission immédiate de Bouteflika.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus