Algérie: où est passé l’argent du pays ?

Alors que la richesse pétrolière de l’Algérie s’épuise, la population demande à savoir où est passé l’argent.

La corruption, le chômage des jeunes et les inégalités ont été au centre des manifestations contre les 20 ans de règne du président algérien, Abdelaziz Bouteflika, âgé de 81 ans. Bien qu’ils aient accepté de ne pas briguer un autre mandat, les Algériens n’ont guère confiance en l’élite des hommes d’affaires, les militaires et les hommes politiques qui dirigent le pays. La richesse du pays a été gaspillée. Ses réserves en devises s’élevaient à 179 milliards de dollars en décembre 2014, mais se sont réduites à 79,8 milliards de dollars. Plutôt que d’utiliser les richesses du pétrole pour diversifier l’économie, plus d’un cinquième du budget algérien est utilisé pour des subventions.

[su_heading size= »17″]A lire aussi: Algérie: les dates clés de la vie politique d’Abdelaziz Boutéflika[/su_heading]

Selon le Fonds monétaire international (FMI), les recettes pétrolières de l’Algérie représentent 95% de ses recettes d’exportation et 60% de son budget. Mais les prix du pétrole ont chuté et la production de pétrole et d’essence du pays a également diminué en raison d’un manque d’investissement. Ceci signifie qu’il n’y a pas d’argent pour remplir les coffres. Le taux de chômage en Algérie est de 11,1%. Mais le chômage des jeunes atteint 26,4% chez les moins de 30 ans, qui représentent les deux tiers des 41 millions d’habitants que compte le pays. Taieb Hafsi, professeur de gestion de la stratégie et de la société à HEC Montréal, parle à Counting the Cost, des problèmes qui se cachent derrière les manifestations et des défis auxquels fait face l’économie algérienne tributaire du pétrole.

« Le problème avec le pétrole, c’est qu’il a généré un comportement de recherche de rente … et que ce ne sont pas uniquement les personnes au sommet qui recherchent un bénéfice. La bureaucratie est à la recherche d’un bénéfice, les entreprises privées recherchent un bénéfice. Vous avez donc ce comportement incroyablement paresseux et bien sûr que cela mène à la corruption. En conséquence, si vous voulez, le pétrole est une véritable malédiction … Quand vous pensez essayer de vous diversifier du pétrole … alors vous devez réaliser que les affaires sont une source d’énergie, alors le gouvernement a essayé de les garder sous contrôle « , explique Hafsi.

Il poursuit en indiquant que « l’Algérie est l’un des rares pays au monde où vous devez obtenir l’autorisation d’investir votre argent. Aucun comportement de marché, aucune discipline, aucun résultat en termes de développement … ce n’est pas une surprise. Ce qui se passe en Algérie va à l’encontre de toutes les normes de comportement économique que nous connaissons « .

Un brin d’espoir à l’horizon

Cependant, Hafsi estime qu’il y a toujours matière à être optimisme pour l’avenir économique de l’Algérie. « L’économie algérienne est vraiment paradoxale (…). Elle est très mal gérée et apparemment vouée à l’échec, mais vous voyez également des segments très florissants », a-t-il déclaré avant de poursuivre :

 «L’économie réelle est essentiellement informelle. Environ 60% de l’économie est informelle et n’est pas prise en compte. Comment les entreprises survivent-elles réellement dans cet environnement très hostile? De petites entreprises dans tout le pays essaient de rester sous le radar, si vous allez réussir, mais … ils réussissent très bien … Ils ne comptent pas sur l’État, ils veulent être excellents et deviennent souvent compétitifs sur le marché mondial. Dans un sens, il se passe quelque chose « bottom up » qui, à mon avis, est très prometteur « .

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus