Bénin: immersion dans l’univers du rappeur Roccah

Disparu des radars de la scène musicale depuis plus de 5 ans, Roccah fait son grand retour en 2019 avec deux singles qui cartonnent déjà dans les night clubs. Celui qui fut un temps, le chouchou des amateurs du rap fon béninois promet pour très bientôt un nouvel album avec plusieurs titres. Mais qui est vraiment l’homme ? Dans une interview accordée à la rédaction de Béninwebtv, l’artiste relate son parcours et lève un coin de voile sur ses projets .

 

Roccah, de son vrai nom TRAORE Mohamed Lamine, est un rappeur béninois « le plus rapide de l’Afrique de l’ouest » né de parents Guinéens, le 7 mai 1987 à Cotonou. A cet effet, il révèle qu’il a une triple nationalité : « J’ai trois nationalités. Au fait, je suis guinéen et j’ai fait mon enfance au Mali ». A l’âge de 15 ans, il rejoint son oncle Kalilou au BENIN, qui se trouve être un grand fan du Rap américain. Très vite, Roccah est influencé par la musique Hip-Hop américaine, et avec son acolyte Moise, qu’il rencontre en 1998, ils montent le groupe « Final Gamers », avec lequel ils enchaînent plusieurs petites scènes dont la première a été celle de son établissement secondaire ‘’CEG Ste Rita’’ en 2000. Lors de son parcours musical, Roccah participa plusieurs fois au concours Duels Cruels ayant lieu a l’institut français ex  Centre Culturel Français du BENIN où il fait la rencontre de plusieurs autres rappeurs béninois, notamment WP qui rappait en « Goun, et le leader en rap fon de l’époque R-Man ‘’Logozo’’

[su_heading size= »17 »]A lire aussi :Les libériens rendent hommage à leur premier président [/su_heading]

En 2010, il devient backeur de WP, et l’accompagne le plus souvent sur ses scènes. Ce qui lui permet d’ailleurs d’apprécier de près le rap en langue locale qu’il adopta et perfectionna en travaillant son flow et en essayant d’aller aussi vite : « Je me sentais à l’aise dans le rap en fon parce que j’arrive à rouler les mots. J’ai tellement travaillé la langue que j’aie de la facilité à écrire maintenant mes textes », a-t-il dit. En 2011, il signe au CCC grace au DJ Highfa qui le branche aux membres du défunt groupe Diamand Noir après avoir au préalable été ébloui par le talent de l’artiste (Roccah lui affirme qu’il n’y a jamais eu de signature mais juste une sorte de collaboration).

YouTube video

S’en sont suivis plusieurs sons dont les plus connus étaient « Minonzo » et « Flow Viagra » qui a d’ailleurs cartonné sur youtube avec plus de 2500 vues en moins de 24h après sa sortie. Le rappeur faisait surtout la différence de par son style de rap en fon, ses textes, son allure, son charisme.

[su_heading size= »17″]A lire aussi :Burkina Faso: Plusieurs centaines de terroristes détenus dans des prisons de haute sécurité [/su_heading]

2014, Bada boum ! Le rappeur disparaît des écrans de télés. Cinq ans plus tard, il fait son retour dans le rap game. Interrogé sur cette soudaine réapparition, le « Aganman national» répond : « Quand tu es un rappeur et tu fais de bons boulots et que les fans sont déjà habitués à toi, c’est quand même important de revenir encore et de les servir », a-t-il dit avant de préciser : « Après les 5 ans de disparitions, j’ai voulu revenir encore juste parce que les fans me réclamaient déjà beaucoup et ils veulent que je revienne encore parce qu’ils disaient que ma musique leur manquait ». Dans la foulée, « le caméléon » sort deux singles coups sur coup, la reprise de « FEVER » de Wizkid et « EL YEYINONMENTE » en réponse au tacle d’Amir El Presidente (CCC).

[su_heading size= »17″]A lire aussi : CAF: une Ligue des nations africaines à l’étude[/su_heading]

A cet effet, l’artiste fait savoir que le fait de sortir deux singles (qui est très appréciés des fans) et ce en moins d’une semaine « est une question de niveau et de talent ». Il promet d’ailleurs un album très prochainement avec des morceaux de ‘’ouf ‘car a-t-il dit, « toutes ces années d’absences m’ont permis de bosser dur et d’avoir plus de sons dans mon répertoire. J’ai plus de 150 sons dans mon répertoire là actuellement ». Le bénino-malien n’a pas non plus oublié d’évoquer la manière dont les artistes et précisément ceux du Bénin se clashent.

[su_heading size= »17″]A lire aussi :Michael Essien va s’engager en Azerbaïdjan [/su_heading]

Pour lui, on peut faire le clash autrement. « Ce n’est pas parce que toi et moi, on est en clash que je vais commencer à insulter tes parents ou je vais me mettre à insulter ta famille. Le vrai clash, c’est la guerre entre deux hommes. En tant que rappeur, on est censé donner une bonne image à ceux-là qui nous suivent ».
A tous ces fans, le rappeur promet de faire le maximum pour ne pas les décevoir. « Restez câbler car mon album arrive avec plein de singles. On est ensemble », conclura-t-il.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus