Bénin – Législatives 2019: Reçu sur RFI, Eric Houndété accuse Patrice Talon et Joseph Djogbénou

Reçu par Christophe Boisbouvier ce vendredi matin, le premier vice-président de l’Assemblé nationale, Eric Houndété soutient que la situation sociopolitique est l’œuvre du chef de l’Etat et de la Cour constitutionnelle. Membre de l’opposition, il espère que la démarche du Président de la République ne soit pas un marché de dupes tout en insistant que tout soit fait pour éviter un vide juridique. Ouvert au dialogue, il évoque les exigences de l’opposition pour une sortie rapide de crise.

Le député de la 5ème circonscription électorale endosse la responsabilité de la crise politique au chef de l’Exécutif et à la Cour constitutionnelle. Répondant aux questions de Christophe Boisbouvier, il n’est pas allé par quatre chemins pour affirmer que ‘’le chef de l’Etat a fait une interprétation personnelle et personnalisée des lois pour trouver des écueils dans les dossiers des partis d’opposition et donc les empêcher d’avoir leur récépissé pour pouvoir se présenter aux élections’’. Il soutient que c’est par des manœuvres que les partis de l’opposition ont été écartés. Pour lui, il n’est pas question de demander aux partis ayant déjà une existence légale de justifier la dissolution de leur bureau avant d’obtenir leur récépissé. Pour l’homme, il est clair que les lois ont été votées à dessein pour empêcher l’opposition d’aller aux élections. ‘’La plupart des lois qui sont faites dans le pays depuis que le Président Talon est là, sont des lois drones pour détruire l’opposition’’, déplore-t-il.

L’autre paire de manche de son intervention sur la radio mondiale est l’introduction du certificat de conformité dans les dossiers de candidature. Pour l’homme de Kpomassè, « le président de la Cour constitutionnelle, par des manœuvres politico-judiciaires, a pris une décision, un certificat de conformité qui n’est ni dans le Code électoral ni dans la charte des partis, à trois semaines du dépôt des dossiers ». Eric Houndété, très acerbe, a laissé entendre que les élections n’auront pas lieu sans l’opposition.

Les propositions du parlementaire

Eric Houndété souhaite que le récépissé soit délivré à tous les partis qui ont fourni les dossiers essentiels. En le faisant, le ministère de l’intérieur acte la reconnaissance de tous les partis politiques. Ensuite, le réaménagement du calendrier électoral doit être de mise sans tomber dans un vide juridique constitutionnel. « Le mandat du parlement arrive à terme le 15 mai. Il faut fait en sorte que nous ayons les élections avant le 15 mai pour avoir un nouveau parlement ». Il insiste que l’opposition n’est pas dans une démarche de report sine die des élections. Il faut préciser l’opposition a boycotté la rencontre avec le chef de l’Etat sous prétexte que Patrice Talon n’a pas accepté la retransmission en direct de la séance.

Doute sur la bonne foi de Patrice Talon

‘’Le 25 février, il nous a dit qu’il ne serait pas gêné si l’opposition ne va pas aux élections. Aujourd’hui il change d’avis. Et j’espère qu’il est sincère’’, se méfiait Houndété. Arguant que le Bénin est pour eux tous, il souhaite que cette proposition de Patrice rencontre l’assentiment de tout son entourage pour sortir de l’impasse.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus