Bénin – Législatives 2019: Social Watch plaide pour des élections inclusives et apaisées

Social Watch Bénin s’est à nouveau prononcé sur la situation socio-politique un peu agitée par les préparatifs des élections législatives du 28 avril 2019. C’était à travers un point de presse organisé ce lundi 04 mars 2019 à Cotonou.

La situation socio-politique du Bénin préoccupe Social Watch qui vient une fois encore tracer des pistes de solutions pour prévenir une éventuelle crise électorale. Mais avant de faire des propositions, les membres de cet organe de la société civile ont fait le diagnostic du processus électoral en cours. Ainsi, ils en sont arrivés à la conclusion que la Cour constitutionnelle, à travers sa décision EL 19-001 du 1er février 2019 a compliqué une situation déjà difficile du fait des divergences autour de l’article 242 du code électoral.

« …En effet, la Cour Constitutionnelle par sa décision EL 19-001 du 1er février 2019 relative aux conditions à remplir par les partis politiques, pour participer aux élections législatives du 28 avril 2019, a décidé que les partis politiques doivent présenter un « certificat de conformité » à la loi n°2018-23 du 17 septembre 2018 portant Charte des partis politiques en Républiques du Bénin. Se fondant sur cette disposition non-prévue par le Code Electoral, le Ministère de l’Intérieur et de la Sécurité Publique a délivré un certificat de conformité pour les uns et de non-conformité pour les autres. Curieusement, seuls les partis politiques proches du pouvoir ont eu le précieux sésame  pour prendre part aux élections législatives du 28 avril 2019. Cette situation inédite et contraire à notre culture démocratique vient de jeter un discrédit sur le processus électoral en cours.

Il apparaît que la Cour Constitutionnelle, par sa décision EL 19-001 du 1er février 2019, a créé une nouvelle pièce, le « certificat de conformité », qui n’est ni prévue par la nouvelle Charte des Partis ni par le Code Électoral comme condition de participation des partis politiques aux élections dans la période transitoire de six (06) mois. Plus surprenant, cette décision de la Cour viole le protocole de la CEDEAO qui interdit toute modification des lois électorales dans une période de 6 mois avant le scrutin… »

Extrait de la déclaration de presse.

Pour Social Watch Bénin, la Cour constitutionnelle a changé les règles du jeu en cours du jeu. Cet état de chose suscite naturellement de vives réactions de la part d’une partie de la classe politique qui se sent exclue du processus électoral. C’est pourquoi le Réseau Social Watch Bénin attire l’attention de l’opinion publique nationale et internationale sur des risques de manœuvres de nature à impacter très négativement les acquis de notre démocratie. Telle que les choses se dessinent, il estime que les citoyens risquent de ne pas jouir convenablement de leur droit de libre choix comme indiqué dans l’article 3 du code électoral.

Que faut-il faire pour juguler la tension?

Pour des élections législatives inclusives et apaisées, Social Watch recommande l’organisation d’une concertation de toutes les parties impliquées dans le processus électoral afin de trouver un consensus dans l’intérêt supérieur de la Nation. Par ailleurs, il invite les partis politiques écartés et les populations à s’abstenir de tout acte ou tous propos susceptibles de complexifier une situation politique déjà très tendue.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus