Cameroun – Crise anglophone: un nouveau rapport de HRW accuse implicitement l’armée de massacre

Au moins 170 civils ont été tués depuis octobre dans des combats entre séparatistes et forces gouvernementales dans l’ouest camerounais, a déclaré Human Rights Watch.

« Les forces gouvernementales dans les régions anglophones du Cameroun ont tué des dizaines de civils, utilisé une force aveugle et incendié des centaines de maisons au cours des six derniers mois », a déclaré le groupe de défense des droits de l’homme. Le groupe a fondé ses conclusions sur des entretiens avec 140 victimes, membres de familles de victimes et témoins entre décembre et mars, a-t-il ajouté. « Depuis octobre, au moins 170 civils ont été tués dans plus de 220 incidents (selon les informations parues dans les médias et les recherches de Human Rights Watch) », selon un rapport de l’ONG. Trente-trois autres membres des forces de sécurité ont été tués au cours d’opérations entre octobre et février, a précisé le document qui ajoute que « compte tenu des affrontements en cours et de la difficulté de collecter des informations dans des zones reculées, le nombre de morts civiles est probablement plus élevé ».

HRW n’a pas explicitement blâmé les forces gouvernementales pour les 170 décès de civils. Des séparatistes armés ont agressé et kidnappé des dizaines de personnes au cours de la même période, exécutant au moins deux hommes. Le gouvernement a envoyé une lettre à HRW pour nier les « exactions » de l’armée décrites dans le rapport, a précisé le groupe.

La crise anglophone

Le conflit a éclaté en octobre 2017 lorsque les séparatistes anglophones ont lancé une campagne armée pour réclamer l’indépendance de la région. L’International Crisis Group a déclaré que le nombre de morts depuis le début des combats s’élève à 500 pour les civils et à plus de 200 pour les membres des forces de sécurité.

Les anglophones, qui représentent environ un cinquième des 24 millions d’habitants que compte le Cameroun, sont irrités depuis des années par la discrimination perçue en matière d’éducation, de droit et d’opportunités économiques aux mains de la majorité francophone. Le mouvement anglophone s’est radicalisé en 2017, les autorités ayant refusé de revendiquer une plus grande autonomie pour les régions du nord-ouest et du sud-ouest.

La république d’Ambazonia

Le 1er octobre de cette année, les séparatistes ont déclaré la création de la « République d’Ambazonia » dans les deux régions, du nom de la baie locale d’Ambas. La déclaration n’a pas été reconnue internationalement. « Les autorités camerounaises ont l’obligation de réagir légalement et de protéger les droits des personnes pendant les périodes de violence », a déclaré Lewis Mudge, directeur de HRW en Afrique centrale.

« La réaction brutale du gouvernement à l’encontre des civils est contre-productive et risque de déclencher davantage de violence. »

Quelque 437 000 personnes ont fui les combats, selon les Nations unies qui ont réclamé mardi 184 millions de dollars (163 millions d’euros) pour aider les personnes déplacées.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus