Crise au Venezuela: timide rétablissement du courant électrique à Caracas

Le Venezuela est toujours confronté depuis cinq jours, à cette gigantesque panne de courant électrique qui paralyse le pays. Face à la situation « calamiteuse » sur le plan alimentaire et sanitaire après ces jours sans électricité, le Parlement a décrété, la veille, l’Etat d’alerte, à la demande de l’opposant Juan Guaido, président par intérim autoproclamé et reconnu par une cinquantaine de pays.

 

Le courant a commencé à revenir partiellement dans plusieurs quartiers de la capitale, Caracas, mais l’intérieur du pays reste privé d’électricité. Selon la Coalition des organisations pour le droit à la santé et à la vie (Codevida), la panne a déjà provoqué la mort d’au moins quinze malades dans les hôpitaux. Il est extrêmement difficile de savoir ce qui se passe dans le pays, faute de moyens de communication.

Selon Catalina Vargas membre de l’ONG Care, basée en Equateur, « les gens ont très peur de ce qu’il va se passer à la fin de la semaine, car ils ont épuisé leurs réserves d’eau et de nourriture ». Les gens ont peur de sortir dans la rue, car beaucoup d’émeutes ont eu lieu ces derniers jours. Des habitants des quartiers défavorisés viennent à la nuit tombée pour piller les supermarchés. A Caracas c’est le chaos. La police elle-même est débordée. Face à cette insécurité, Nicolas Maduro a décrété trois jours fériés jusqu’à mercredi et a recommandé aux Vénézuéliens de ne pas sortir.

Des appels à manifestations

Le président par intérim du Venezuela, Juan Guaido appelle à de nouvelles manifestations. Hier, il a rendu coupable Nicolas Maduro du chaos que vit actuellement le pays. Majoritaire à l’Assemblé nationale vénézuélienne, l’opposition a décrété « l’Etat d’alerte » à la demande de Juan Gaido. Les prochaines heures seront plus sombres à Caracas.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus