Marche pacifique de l’opposition: les Béninois divisés sur l’opportunité

Projetée pour ce lundi 11 mars 2019, la marche pacifique de protestation qu’organisent les forces politiques de l’Opposition pour dénoncer leur exclusion du processus électoral en cours divise les Béninois sur la toile.

Les Béninois ne s’accordent pas sur l’opportunité de la marche pacifique de protestation contre l’exclusion de l’opposition dans le cadre des prochaines législatives. Depuis l’annonce de cette marche, la toile bouillonne et cartonne. Plus de sommeil pour les partisans des deux camps, la mouvance et l’opposition. Chacun tente de défendre sa position pour soit, mobiliser la troupe, soit pour la démobiliser afin de faire échec à cette initiative soutenue par plusieurs partis et mouvements de jeunes hostiles à la politique du pouvoir de la rupture. Pour les organisateurs, cette marche qui se veut pacifique vise à sauvegarder la démocratie qui serait en difficulté depuis l’avènement de la rupture. Mieux, elle vise également à exiger la participation de toutes les forces politiques notamment celles de l’opposition aux législatives d’avril prochain.

Mais pour le camp adverse, cette marche ne serait pas opportune en ce sens que le chef de l’Etat a déjà prouvé sa bonne foi lors de la rencontre qu’il a eue, mercredi dernier, avec la classe politique. Rencontre au cours de laquelle il a regretté l’absence des forces de l’opposition dans la liste des partis politiques retenue par la Commission électorale nationale autonome (Cena) pour prendre part aux législatives, et souhaité que des palliatifs puissent être trouvés afin de corriger le tir. Pour les partisans de la rupture, cette marche ne devrait plus avoir lieu si les démarches sont déjà en cours pour trouver une solution à l’impasse qui se profile à l’horizon.

Mais à l’analyse, on se rend à l’évidence que malgré les appels au boycott de la marche entretenus par le camp d’en face, les Béninois sont décidés à battre le macadam en soutien aux forces de l’opposition. C’est dire donc que la marche aura lieu surtout qu’elle a été déjà autorisée par le Préfet par intérim du Littoral.

L’Opposition en démonstration de force à Cotonou ?

Cette marche pacifique de protestation de l’opposition sera une première depuis l’avènement de la rupture. Certes, il y avait eu déjà plusieurs marches organisées par le Front pour le Sursaut Patriotique (Fsp) dans certaines villes du Bénin pour protester contre ce que le Front appelle « les dérives du pouvoir en place ». Mais celle-ci sera une première en raison non seulement des organisateurs mais aussi et surtout du contexte, celui des élections. Initiée par les Forces Cauris pour un Bénin Emergent (Fcbe), ce gigantesque mouvement de mécontentement et de désapprobation va connaître également la participation des militants des autres forces politiques de l’opposition à savoir l’Union Sociale Libérale, Restaurer l’Espoir, la Renaissance du Bénin, le Parti Communiste du Bénin (Pcb) sans oublier les mouvements de jeunes et de femmes et des syndicats très engagés aux côtés de l’Opposition.

En témoignent les appels à la mobilisation générale lancés à leurs militants. Ce sera donc une occasion de démonstration de force pour l’opposition qui, visiblement, se donne la main pour contrer le pouvoir de la rupture.

Nécessité de préserver la paix

Tous les moyens sont mis à contribution de part et d’autre pour la réussite ou l’échec de l’événement qui va se dérouler dans les rues de Cotonou. Des textes kilométriques dénudés parfois de tout fondement, des images qui ne consolident en rien la paix, des propos désobligeants tenus majoritairement par des jeunes polluent la toile. Le comble, des affirmations gratuites qui pourraient être préjudiciables pour leurs auteurs sont également notées çà et là. Le constat est désolant et gravissime pour la paix.

Il n’est plus besoin de rappeler que le Bénin reste et demeure le grenier de la paix en Afrique et dans le monde. Et sa préservation doit être le combat de tout Béninois à chaque instant, gage d’un développement durable et harmonieux. Mieux, les partis politiques de la mouvance et de l’opposition ont l’obligation de sensibiliser leurs militants sur la nécessité de préserver la paix au Bénin.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus