Patrice Talon: « Je voudrais leur dire (l’opposition ndlr) que tout est encore possible »

A l’étape actuelle du processus électoral, seulement deux partis politiques sont en lice. Face à cette situation, l’opposition continue de soutenir la thèse d’une manœuvre d’exclusion mise  en oeuvre à son encontre. Mais la rencontre entre la classe politique et le chef de l’Etat a montré que tout n’est pas encore perdu pour l’opposition, absente à la séance de ce mardi 06 mars au Palais.

Conscient de la gravité de l’impasse politique qui s’installe autour du processus électoral en vue des élections législatives du 28 avril 2019, le Président Patrice Talon a convoqué la classe politique pour une sortie de crise. Ayant constaté l’absence des partis politiques de l’opposition à cette importante rencontre, le chef de l’Etat a exprimé sa désolation. « Je voudrais vous prier, et prier ceux qui ne sont pas avec nous ce matin que leur état d’esprit, peut-être de révolte, de mécontentement qui s’est matérialisé par leur absence aujourd’hui n’est pour nous qu’un message de désolation. Je prends ça ainsi, et que ce n’est pas plus que ça », a-t-il confié.

[su_heading size= »17″]A lire aussi: Bénin: selon Guy Mitokpè, l’opposition n’a pas boycotté la rencontre avec le chef de l’Etat[/su_heading]

Le chef de l’Etat est d’accord que la situation est préoccupante; mais estime qu’il n’y a pas encore péril en la demeure. « Je voudrais leur dire que tout est encore possible. Certes ma volonté n’est pas de forcer la main aux partis politiques pour aller aux élections. Mon souhait, c’est que en mon temps également, que les élections soient de même nature, de même qualité, de même convivialité que ce qu’on a connu jusque là », a-t-il conclu.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus