RDC-USA: des sanctions contre Corneille Nangaa et deux de ses proches

L’administration Trump poursuit ses sanctions contre des autorités congolaises. Interdit de visa aux Etats-Unis, le président de la Commission électorale congolaise, Corneille Nangaa ainsi que son adjoint et son conseiller sont accusés par Washington d’actes de corruption répétés et de saper le processus démocratique en RDC.

Après les interdictions de visas, Washington passe aux sanctions financières. Le Trésor américain annonce ce jeudi que tous les actifs de Corneille Nangaa relevant de la juridiction américaine sont désormais bloqués. Il est également interdit à tout Américain d’effectuer une transaction avec lui. Même sanction pour son vice-président, Norbert Basengezi, et pour Marcellin Mukolo, un de ses conseillers.

[su_heading size= »17″]A lire aussi:  RDC: Justin Inzun Kakiak nommé nouveau patron de l’ANR[/su_heading]

Ces autorités faisaient déjà partie des cinq personnalités de RDC accusées de corruption et d’entrave au processus électoral interdites sur le territoire américain. Washington les accuse de saper le processus électoral et les institutions démocratiques en RDC. « Cette action fait suite à la corruption persistante de hauts responsables au sein de la Céni de la RDC et de l’ancien gouvernement de Joseph Kabila pour entraver et retarder les préparatifs en vue d’élections crédibles et inclusives », précise le sous-secrétaire américain au Trésor, chargé du terrorisme et du renseignement financier.

Selon l’administration Trump, le président de la Ceni « Corneille Nangaa a tout simplement détourné des fonds opérationnels de la Céni à des fins personnelles et politiques ». Des accusations sans fondement que rejettent les incriminés doigtant une « ingérence extérieure ».

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus