Togo: après un long moment de « cachette » le PNP refait surface avec des conditions

Depuis sa disparition des radars politiques togolais, à la fin des législatives du 20 décembre dernier, le Parti national panafricain (PNP), à l’origine des manifestations au Togo, qui a conduit à la crise actuelle et à la formation de la C 14, vient de refaire surface.

On se souvient que le leader du PNP, Tikpi Salifou Atchadam, avait, en septembre 2017, indiqué avoir peur pour sa sécurité ; on a aussi remarqué son absence de la scène politique du PNT depuis un bon moment déjà. Face à la presse  jeudi, seul le secrétaire général du parti, Sama Kossi, a pris la parole pour apporter des éclaircissements. « Nous avons un seul adversaire, c’est le parti au pouvoir. Nous avons fait en 2017 des propositions au président Faure Gnassingbé, qu’il annonce que ce troisième mandat est le dernier pour lui, qu’il fasse les réformes constitutionnelles, institutionnelles et électorales, et qu’on passe aux élections », a-t-il déclaré.

Et Sama Kossi a poursuivi pour 2020 : « C’est que, en 2020, si Monsieur Faure pose sa candidature pour les élections présidentielles, le peuple togolais sur le territoire national et partout dans la diaspora devrait se mobilier pour s’opposer (à son) quatrième mandat. »

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus