A la UnePolitique

Bénin – An 3 de Patrice Talon : des exploits, des frasques et des ambitions (3 sur 3)

Elu à plus de 65% des suffrages exprimés lors du 2nd tour de la présidentielle le 20 mars 2016, Patrice Talon boucle ce 06 avril 2019, trois années d’exercice du pouvoir d’Etat. Les indicateurs de performance affichent un bilan mi-figue, mi-raisin. Bénin Web Tv se propose de faire une rétrospection sur les trois années de la gouvernance de Patrice Talon empruntes d’actions et de déceptions.

Dans la première partie de notre dossier, nous avons évoqué avec vous, tous les exploits d’un président qui se veut réformateur et qui a promis de révéler le Bénin au Béninois et au monde entier. Dans la deuxième partie, nous avons parlé des intrigues, des déboires, des rétropédalages, des ratés et des grosses bourdes du gouvernement durant ces trois dernières années. Dans cette troisème et dernière partie, nous évoquons les ambitions de Patrice Talon. Un dossier réalisé par Hervé Ganhouégnon, Ignace Sossou et Benn Michodigni.

--- Publicité---

Les ambitions des tenants du pouvoir

Dans son programme d’actions baptisé “Bénin Révélé” lancé le 16 décembre 2016, le chef de l’Etat, Patrice Talon promettait la mise en œuvre de nombreux chantiers et mettait en avant de grandes ambitions. D’un coût total estimé à 9 039 milliards de FCFA, ce programme comprend 45 projets phares dans plusieurs secteurs, 95 projets sectoriels et 19 réformes institutionnelles.

En trois ans, des efforts ont été consentis mais il reste beaucoup à faire notamment dans les secteurs des infrastructures, du numérique, du tourisme et du cadre de vie.

Dans les secteurs de l’eau potable, de l’agriculture et de la protection sociale, l’on peut affirmer sans ambages que des prouesses ont été réalisées non seulement pour le bonheur des populations sur l’ensemble du territoire national mais aussi et surtout pour le développement du Bénin. Mais s’agissant du secteur des infrastructures, certains projets phares tels que le nouvel aéroport de Glo-Djigbé; la modernisation et l’extension du Port de Cotonou ; le réaménagement de l’axe routier autour du Port; le contournement Nord de Cotonou; et  la construction d’une autoroute entre Sémé-Podji et Porto-Novo peinent à se matérialiser.

Dans le secteur du numérique, six projets sont annoncés pour faire du Bénin le carrefour du numérique dans l’Afrique de l’Ouest. Mais il est loisible de constater que ces différents projets peinent encore à prendre corps à part l’administration intelligente (Smart Gouv) qui est désormais une réalité. Le déploiement de l’internet Haut Débit et Très Haut Débit sur l’ensemble du territoire ; la transition de la diffusion analogique vers la Télévision Numérique Terrestre ; la généralisation de l’usage de l’e-commerce ; la généralisation de l’usage du numérique par l’éducation et la formation ; et la promotion et le développement de contenus numériques, sont des projets phares en attente.

Concernant notre cadre de vie, beaucoup d’efforts restent à fournir. La modernisation du marché international de Dantokpa; la construction d’un nouveau marché international à Parakou; la création d’un complexe international Cotonou, l’aménagement du camp Guézo; l’aménagement de la lagune de Porto-Novo; ainsi que la rénovation  du vieux centre-ville de Cotonou (Ganhi et Akpakpa-Dodomè) sont des ambitions du pouvoir de la rupture qui vont changer le cadre de vie des Béninois en particulier et le visage du Bénin en général.

Si le gouvernement s’emploie tant bien que mal à assurer une indépendance énergétique au Bénin, il reste que le chantier est encore vaste notamment en ce qui concerne le développement des énergies renouvelables, la restructuration de l’opération national et son réseau ainsi que la modernisation et l’extension de la filière thermique.

Dans le but de faire du tourisme une filière de développement économique, Patrice Talon a inscrit six(06) projets phares dans son programme “ Bénin Révélé” à savoir le positionnement de la Pendjari et du Parc national W comme le parc naturel animalier de référence de l’Afrique de l’Ouest, la réinvention de la cité fluvio-lacustre de Ganvié, le développement de pôles touristiques à Abomey et Porto-Novo autour des arts, cultures et arènes d’expression vaudous ainsi que de l’histoire du royaume d’Abomey, la création d’une expérience touristique premium autour des Tata Somba, la reconstruction à l’identique de la cité historique de Ouidah, et enfin l’aménagement de stations balnéaires le long de la zone de développement touristique de la Route des Pêches.

Ces projets et ceux cités supra passeront pour des actions d’éclats qui donneront de la plus-value à celles déjà accomplies. Mais l’on se demande si cela pourrait être possible avant 2021 quand on sait que les prochaines années seront perturbées par les élections à savoir les municipales, communales, locales de 2020 et la présidentielle de 2021; 2019 étant déjà une année de renouvellement des membres de l’Assemblée nationale.

A tout prendre,  le chantre de la Rupture a insufflé depuis trois ans une nouvelle forme de gouvernance diversement appréciée par les uns et les autres. A l’heure du bilan, il se révèle clairement que des actions ont été réalisées. Toutefois, le régime de la Rupture a du chemin à faire pour convaincre le peuple, parfois sceptique.

---Publicité---

Un commentaire

  1. Merci pour tout excellence. Avec vous le bénin ira mieux et plus mieux dans quelques années. Longues vie!

Bouton retour en haut de la page
Fermer

Adblock détecté

Pour continuer à bénéficier gratuitement des services de ce site, vous devez d'abord supprimer votre bloqueur de publicité