Burundi – Suspension de la VOA et la BBC : les Etats Unis interpellent le gouvernement

Le département d’Etat américain a appelé mardi le Burundi à annuler sa décision de suspendre Voice of America (VOA), financée par les États-Unis, d’interdire la BBC et de permettre aux journalistes de mener leurs activités librement en prévision des élections de 2020.

« Cette décision soulève de sérieuses préoccupations pour la liberté d’expression inscrite à l’article 31 de la Constitution burundaise, ainsi que pour les obligations du Burundi en matière de droits de l’homme », a déclaré à la presse le porte-parole du département d’Etat Robert Palladino. « Nous appelons le gouvernement à annuler sa décision et le gouvernement du Burundi à autoriser tous les journalistes à exercer leurs activités dans un environnement exempt d’intimidation », a-t-il ajouté.

Les deux médias ont été suspendus, initialement pour six mois, en mai dernier, à l’approche d’un référendum qui, selon les politiciens et militants de l’opposition, visait à prolonger le pouvoir du président pendant au moins dix ans. Des centaines de Burundais ont été tués dans des affrontements avec les forces de sécurité et un demi-million de personnes ont fui depuis que le président Pierre Nkurunziza a annoncé en 2015 qu’il se présenterait pour un troisième mandat, ce que ses opposants considéraient comme une violation de la constitution. Il a remporté la réélection. Le référendum de mai dernier a approuvé à une écrasante majorité des modifications qui pourraient permettre au président de rester au pouvoir jusqu’en 2034.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus