RDC: une femme à la tête du parlement?

En RDC, après les élections générales du 30 décembre dernier, l’heure est à la formation du bureau de l’Assemblée nationale. Alors que les tractations se poursuivent encore sur la composition du bureau définitif de l’institution, le parti de l’ancien président Joseph Kabila a annoncé vendredi 5 avril, le nom de sa candidate en course pour le perchoir.

[su_heading size= »17″]A lire aussi : Côte d’Ivoire: le Vice-Président Daniel Duncan exclu du PDCI[/su_heading]

C’est par la voix du secrétaire permanent du PPRD, Emmanuel Ramazani Shadary, que l’annonce a été faite. En effet, c’est l’ancienne ministre Jeanine Mabunda qui a fait l’unanimité au sein de l’ancienne majorité. Emmanuel Ramazani Shadary espère que le FCC compte sur ses 116 députés nationaux PPRD pour voter massivement pour la candidate Jeanine Mabunda. Une fois élue, elle deviendrait ainsi la première femme à la tête de l’Assemblée nationale au Congo Kinshasa. Avant elle, l’ingénieur Philomène Omatuku avait dirigé à titre intérimaire le bureau de l’Assemblée constituante et législative.

Qui est Jeanine Mabunda?

Cette dame de poigne est ancien cadre de la Banque centrale du Congo. Jeanine Mabunda Lioko a successivement occupé les postes de Directrice générale du Fonds de promotion de l’industrie et de ministre du portefeuille avant d’être nommée par l’ex-président Joseph Kabila conseillère spéciale en charge de la lutte contre les violences sexuelles. Elle a également dirigé la ligue des femmes du PPRD.

OÙ est passé le Cach?

Cap pour le Changement (Cach), la plateforme qui a porté le président Tshisekedi n’est pas restée en marge des tractations en cours pour l’équipe dirigeante de la première chambre du parlement. Selon Rfi, c’est le nom d’un leader de l’UDPS, le parti de Tshisekedi qui est cité au poste de première vice-présidence. D’autres discussions se poursuivraient encore pour la répartition des provinces à gérer et pour la composition du futur gouvernement.

Pour rappel, après la victoire contestée de Félix Tshisekedi à la présidentielle dernière, le FCC de Kabila et le Cach de Tshisekedi se sont mis en coalition pour la formation d’un nouveau gouvernement qui jusque là tarde à venir à cause des exigences du FCC. Certes kabila n’est plus aux affaires, mais son ombre planerait certainement sur la gestion courante des affaires publiques en République Démocratique du Congo.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus