Sécurité

RDC : vers une réduction de l’effectif de la MONUSCO

L’une des plus importantes missions de l’ONU de maintien de la paix, la mission des Nations Unies en République démocratique du Congo (MONUSCO), va réduire ses effectifs du fait de coupe budgétaire.

Les représentations et bureaux de la Monusco à Matadi, Mbandaka, Bandundu et Mbuji-Mayi dans l’est de la RDC; à Lubumbashi et Kamina au sud-est; et à Dungu, au nord-est, fermeront leurs portes. Celles-ci seront fermées d’ici le 30 juin, bien que la composante militaire de la mission reste inchangée, a déclaré le chef de la MONUSCO, Leila Zerrougui. La MONUSCO a proposé de réduire les dépenses de 100 millions de dollars (89 millions d’euros) pour l’exercice budgétaire allant du 1er juillet 2019 au 30 juin 2020, soit un peu moins de 10% du budget actuel. Zerrougui a déclaré que la MONUSCO maintiendrait sa présence dans l’est déchiré par le conflit, où des groupes armés contrôlent des étendues de territoire, et dans la région du Kasaï au centre, où de violents combats opposent les forces gouvernementales et la milice Kamwina Nsapu. « Les groupes armés … sont en Ituri, au Kivu, au Tanganyika, dans les deux provinces du Kasaï », a-t-elle déclaré lors d’une conférence de presse tenue le lundi 22 avril.

--- Publicité---

La MONUSCO, Mission des Nations Unies pour la stabilisation en RDC, a succédé à une opération de paix des Nations Unies appelée MONUC, créée en 1999, alors que le vaste pays était aux prises avec une guerre régionale sanglante. Selon le site Web des opérations de maintien de la paix de l’ONU, la MONUSCO comptait, en mars, plus de 15 000 militaires, près de 1 400 policiers et 257 officiers d’état-major, ainsi que 241 experts en mission, 2 970 civils et 367 volontaires. Zerrougui a déclaré que la station de radio des Nations Unies Okapi, l’une des sources d’information les plus importantes en RDC, continuerait à diffuser.

Le Conseil de sécurité de l’ONU a approuvé le mois dernier une prolongation de neuf mois du mandat de la MONUSCO. Mais un haut responsable des opérations de maintien de la paix de l’ONU a déclaré qu’ils « envisageaient un processus d’ajustement progressif » de la MONUSCO et œuvraient en faveur d’une « stratégie de sortie progressive ».

---Publicité---

Bouton retour en haut de la page
Fermer

Adblock détecté

Pour continuer à bénéficier gratuitement des services de ce site, vous devez d'abord supprimer votre bloqueur de publicité