Société – bon à savoir: « On ne fera plus l’amour en 2030 », selon une étude

L’information a été reportée par la chaîne de télévision française Bfm Tv. Une étude menée par un chercheur britannique, montre que les couples ne  feront plus l’amour d’ici à 2030. Les réseaux sociaux et l’internet seraient les principales causes de ce changement au sein des couples.

A lire aussi:

Selon un chercheur britannique, d’ici un peu plus de 10 ans, les couples ne feront plus du tout l’amour. David Spiegelhalter, statisticien à l’université de Cambridge, en Angleterre, a observé les comportements sexuels de différents couples âgés de 16 à 64 ans. Ainsi, en 1990, la moyenne était de 5 parties de « jambes en l’air » par mois, puis 4 en 2000, 3 en 2010 et ceci de façon continue.

Selon le chercheur britannique David Spiegelhalter, avec l’hyper-connectivité, les écrans, les séries et autres réseaux sociaux, les couples n’ont plus de temps à passer ensemble. Et le chercheur de préciser: « Il y a quelques années, la télévision était éteinte à 22h30 et il n’y avait plus rien d’autre à faire. Alors qu’aujourd’hui, on peut passer une soirée, dans son lit, devant un écran ».

Auteur du livre « Sex by Numbers », David Spiegelhalter avait déjà alerté sur la baisse de libido au moment de la diffusion de Game of Thrones en Angleterre en 2016. Présent autour de la table de Bfm tv, l’expert high-tech de Rmc, Frédéric Simottel a par-contre trouvé une solution à ce problème. Selon lui des robots sexuels peuvent accompagner chaque individu pour éviter à la société d’autres problèmes sanitaires tels que les maladies psychologiques et génitales.

Il faut dire que si cette étude se confirmait, les couples recevraient un gros coup en matière de consolidation.L’inflation de foyers monoparentaux en vue?

Les commentaires sont fermés.

[vc_row][vc_column]

Dans le Flux de l'actualité

[/vc_column][/vc_row]

Nos partenaires et nous utilisons des données non sensibles comme des cookies ou des identifiants électroniques pour afficher des publicités personnalisées, mesurer le nombre de visiteurs ou encore adapter notre contenu. Cliquez sur le bouton pour donner votre consentement à ces opérations et profiter d'une expérience personnalisée. Vous pouvez modifier vos préférences à tout moment en revenant sur ce site. Accepter En savoir plus