Sylvain Akindes: «Il faut s’attendre à une nouvelle déclaration de Soglo pour sauver sa crédibilité »

La déclaration lue par les présidents des institutions de la République après une rencontre avec le chef de l’Etat, le président Patrice Talon ce lundi 1er Avril 2019 n’est pas de nature à crédibiliser la démarche du président-maire, Nicephore Soglo, qui très tôt a cru à la bonne foi du président de la république de travailler pour faire revenir la paix.

[su_heading size= »17″]A lire aussi:Bénin: ce qu’il faut retenir de la rencontre entre Patrice Talon et les Présidents d’Institutions [/su_heading]

L’ancien ministre sous le général Mathieu Kérékou n’entend pas accorder crédit à la déclaration des présidents des institutions de la république lue ce lundi 1er Avril 2019 par leur porte parole, le médiateur de la république. Pour  Sylvain Akindes, puisque c’est de lui qu’il s’agit, « lorsqu’on fait le point desdits présidents d’institutions qui se sont réunis, combien n’ont pas été nommés par Patrice Talon? » s’interroge-t-il. Pour lui, ils ont tous été nommés par le chef de l’Etat à l’exception d’une personnalité qui a été élu à une voix de différence grâce au financement de Talon.

Selon l’ancien ministre, aucune structure nationale ne regroupe en effet ces présidents pour légaliser leur communiqué. Ce qui s’est passé après l’audience accordée à ces présidents d’institutions, estime-t-il sent un subterfuge inventé de toute pièce pour se dédire et «confondre» Soglo qui, en lisant sa déclaration, s’est exposé à des commentaires malveillants de ceux qui y avaient prêté foi. Pour Monsieur Akindes en effet, ce qui est dit à la suite de cette rencontre entre le président Talon et les présidents des institutions met en cause la crédibilité de l’ancien président Nicéphore Soglo qui a tôt fait d’annoncer la volonté de Talon à œuvrer pour la paix.

En effet le mercredi 20 mars 2019, le président Nicéphore Soglo fut reçu en audience par le président de la république. Au lendemain de cette rencontre entre les deux personnalités, l’ancien président maire très confiant a affirmé dans une déclaration.

« J’ai rencontré le Chef de l’Etat et comme disait le Président ZINSOU, le Bénin n’a pas fini d’étonner et de s’étonner. Au bout d’une longue discussion, le Président Patrice TALON est disposé à faire baisser la tension dans le pays et à renouer avec les acquis de la conférence nationale » a-t-il fait savoir. Pour se faire, il s’est engagé sur deux points majeurs:
1. Il mettra tout en œuvre, malgré les difficultés prévisibles, pour revenir aux lois qui ont permis son élection en 2016 sans qu’il soit besoin de toucher à la constitution de 1990.
2. Il est aussi disposé à examiner favorablement, et dans les meilleurs délais, la proposition de Monseigneur GANYE, d’une loi d’amnistie en faveur de nos compatriotes actuellement en exil.

[su_heading size= »17″]A lire aussi: Bénin – Impasse électorale: Houngbédji et Houdé plus proches de l’opposition[/su_heading]

« C’est là, le résultat des médiations de la CEDEAO, des Nations Unies, des nombreuses ambassades, de toutes les composantes de la nation et naturellement, du dynamisme de l’opposition. Je souhaite pour ma part, qu’en cette période pascale, le Dieu des chrétiens, Allah, Mahou, les mânes de nos ancêtres, bénissent tous nos efforts et inspirent le Chef de l’Etat », conclut-il dans sa déclaration.

Un optimisme qui vient ainsi d’être remise en cause par la déclaration des présidents des institutions provoquant la suspicion sur la crédibilité de l’ancien président de la république. Pour retrouver sa dignité au sein de l’opposition, Sylvain Akindes l’invite à une nouvelle déclaration.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus