RDC: les exilés politiques se précipitent pour rentrer après la brèche ouverte par Tschisekedi

Le collectionneur d’art et homme d’affaires congolais Sindika Dokolo craignait d’être emprisonné s’il retournait dans son pays en tant qu’opposant au président de longue date.

Au cours de ses cinq années d’exil, un tribunal a reconnu coupable Sindika Dokolo par contumace pour un différend dans le domaine de l’immobilier qu’il avait, selon lui, motivé par des considérations politiques. Tout cela a changé lorsque le président de longue date Joseph Kabila a quitté la présidence plus tôt cette année après près de deux décennies au pouvoir et a transféré le pouvoir à la figure de l’opposition Felix Tshisekedi. « J’ai maintenant l’occasion de me défendre, d’effacer mon nom et d’effacer cette conviction », a déclaré à l’Associated Press Sindika, 47 ans, lors d’une récente interview dans la capitale congolaise, Kinshasa.

Le juge qui avait supervisé son dossier avait été jugé non qualifié et avait été limogé et emprisonné l’année dernière. Sindika est l’un des opposants de plus en plus nombreux à Kabila qui déclarent pouvoir rentrer chez eux après des années d’exil. Le retour le plus médiatisé à ce jour celui de l’ancien gouverneur du Katanga Moise Katumbi qui devrait revenir lundi après avoir été empêché d’entrer dans le pays l’année dernière.

[su_heading size= »17″]A lire aussi : RDC : Moïse Katumbi complètement libre de rentrer, une autre condamnation annulée[/su_heading]

Katumbi a été condamné aussi par contumace en 2016 pour fraude immobilière et condamné à 36 mois de prison, ce qui, selon ses partisans, visait à faire dérailler ses ambitions présidentielles. Il a fui le pays après avoir accusé les autorités de tenter de l’empoisonner sur des considérations politiques. Le mois dernier, toutefois, sa condamnation a été infirmée et un passeport congolais lui a été délivré. Les groupes de défense des droits de l’homme ont salué le climat plus ouvert instauré par Tshisekedi, qui a récemment rencontré Sindika. Le nouveau président a libéré des centaines de détenus et mis fin à l’interdiction des manifestations publiques.

 » Un bon début pour l’état de droit »

Robert Ilunga Numbi, président d’un groupe appelé Amis de Nelson Mandela, a applaudi les conditions permettant maintenant le retour d’exilés politiques importants. « C’est un bon début pour l’état de droit », a-t-il déclaré. « Les affaires qui ont conduit à la condamnation de Sindika et de Katumbi ont été présentées par le régime de Kabila pour les empêcher de rentrer dans le pays. Leur condamnation était une décision politique; c’était une parodie de justice. »

Tshisekedi, dont l’élection a été controversée alors qu’un autre candidat de l’opposition, Martin Fayulu, affirme qu’il a été le véritable vainqueur, reste toutefois dans l’œil de viseur des populations. Les critiques ont accusé Tshisekedi d’avoir conclu un accord avec Kabila pour s’assurer la victoire et craignent que l’ancien président veuille continuer dans les affaires politiques du Congo. Ces craintes ont été exacerbées lorsque le parti de Kabila a dominé les élections législatives, lui donnant le pouvoir de choisir le prochain Premier ministre du Congo.

[su_heading size= »17″]A lire aussi : RDC: le leader politico-religieux Ne Muanda Nsemi mis en liberté provisoire[/su_heading]

Sindika, mariée à Isabel dos Santos, fille de l’ancien dirigeant angolais et présumée être la femme la plus riche d’Afrique, a déclaré qu’il souhaitait désormais mettre ses compétences en affaires au service du développement économique du Congo. L’économie du vaste pays riche en minerais a été minée par des décennies de dictature et d’allégations de pillage. « Je vais absolument contribuer à cet effort de redressement de mon pays », a déclaré Sindika. « La création d’emplois est ce que je sais faire. C’est ce que j’ai appris à faire. »

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus