Togo: un activiste détenu revendique son droit de vote

Condamné le mercredi 16 Janvier 2019 par le juge du tribunal de première instance de Lomé pour trouble aggravé à l’ordre public, apologie de crime et délits, Foly Satchivi, activiste togolais et porte-parole du mouvement ‘’EN AUCUN CAS’’ a adressé depuis la prison civile où il séjourne, une requête au ministre de la justice. Cette requête n’est qu’une demande d’« autorisation de sortie sous escorte » afin de se faire enregistrer en tant qu’électeur pour le compte des élections locales.

Arrêté le 22 août 2018 à Lomé au moment où il s’apprêtait à organiser une conférence de presse, le premier porte-parole du Mouvement « EN AUCUN CAS », Satchivi Foly, a été condamné mercredi 16 Janvier 2019 par le juge du tribunal de première instance de Lomé. Depuis la prison civile, il fait parvenir au ministre de la justice une demande pouvant lui permettre d’accomplir son devoir civique comme nous pouvons le lire dans un extrait publié par le site KOACI :

Je viens, par la présente vous faire part de mon intention de participer à ces opérations et vous prier de prendre toutes les dispositions nécessaires afin que je puisse exercer convenablement mon droit constitutionnel de vote.

[su_heading size= »17″]A lire aussi : Togo: Folly Satchivi écope de trois ans de prison dont un avec sursis[/su_heading]

Dans ce même courrier, il justifie sa demande en rappelant au ministre de la Justice,  que pour les élections locales en vue, la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) a prévu une opération de recensement électoral du 16 au 19 mai 2019. Il a également indiqué la commune de Bè à Lomé et plus précisément le centre d’enrôlement du lycée de Bè-Kpota, comme le lieu où il désire s’inscrire sur la liste électorale.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus