5G : les États-Unis menacent encore l’Europe pour faire interdire Huawei

Pendant que le géant chinois des télécoms Huawei a annoncé mercredi qu’il allait demander l’annulation de l’interdiction faite aux administrations fédérales d’acheter ses équipements, les États-Unis font tout pour que Huawei ne participe pas au développement des infrastructures 5G en Europe.

Cela fait plus de six mois que les États-Unis demandent à ses alliés d’exclure Huawei de leur marché 5G. Une campagne de lobbying intensif visant à acculer le groupe chinois sur le secteur des télécoms. L’appel a été entendu par les pays qui lui sont très proches (Canada, Australie, Nouvelle-Zélande), mais l’Europe semble encore réticente et ne sait pas vraiment quoi faire.

C’est dans ce contexte qu’on apprenait en mars 2019 que les États-Unis menaçaient l’Allemagne pour y faire interdire Huawei. Argument principal des Américains : si Huawei est accepté sur le réseau 5G allemand, les USA se réservent le droit d’arrêter de partager des informations secrètes et des renseignements aux services et agences allemands.

Et la pression continue d’être mise sur nos voisins outre-Rhin ainsi que sur plusieurs autres pays européens, rapporte Reuters. Et cette fois, les États-Unis ne s’en cachent plus. Mike Pompeo, le secrétaire d’Etat américain, a rencontré son homologue allemand pour une nouvelle mise en garde. « Il y a un risque que nous changions d’attitude [sur notre coopération avec nos alliés] si des données privées ou relatives à la sécurité nationale passent par des réseaux que nous jugeons peu fiables », a déclaré le chef de la diplomatie US à l’occasion d’une conférence de presse.

Mike Pompeo va également exposer ses arguments à la chancelière Angela Merkel elle-même, avant d’entamer une tournée européenne qui passera par la Suisse, les Pays-Bas et le Royaume-Uni. Donald Trump sera d’ailleurs également présent à cette dernière destination.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus