A la UnePolitique

Bénin: le juge Aubert Kodjo s’est à nouveau rendu au domicile de Boni Yayi

Après une première audition manquée le vendredi 07 juin 2019, le juge d’instruction Aubert Kodjo en charge du dossier des violences post-électorales s’est à nouveau rendu au domicile de l’ancien président Boni Yayi. Ce deuxième déplacement du juge comme le premier n’a pas été fructueux. Joint au téléphone par la rédaction de Bénin Web Tv, l’avocat de Boni Yayi a fait savoir que le juge d’instruction a manifesté une nouvelle fois la volonté d’écouter l’ancien président malgré la fragilité de son état de santé qui lui a été pourtant notifiée.

Le juge Aubert Kodjo s’est à nouveau rendu à Cadjèhoun dans l’optique d’écouter l’ancien président Boni Yayi. Mais comme ce fut le cas pour son premier déplacement, il n’a pas pu parler avec l’ex-chef d’Etat dont la santé est très fragile selon ses proches et avocats.  Selon Me Rénaud Agbodjo, depuis la première audition manquée la santé de son client s’est considérablement dégradée . Il précise que cette nouvelle est portée à la connaissance du juge dont le seul objectif est d’écouter Boni Yayi, prêtant moins attention à la situation que vit l’ex-chef d’Etat.

--- Publicité---

Me Rénaud Agbodjo continue de soutenir que son client, au regard de son statut d’ancien président de la République ne mérite pas ce qu’il vit actuellement. Il estime que ses droits fondamentaux sont constamment violés depuis plus de 40 jours. Il trouve donc paradoxale l’insistance du juge à écouter son client alors que que des documents médicaux attestent que ce dernier est souffrant et a besoin de soins. Il a fait savoir que la défense de Boni Yayi insistera pour avoir gain de cause afin qu’il puisse aller se faire soigner dans un hôpital où il serait attendu.

---Publicité---

7 commentaires

  1. Cela montre que la vie et l’etat de sante humain d’une Haute Autorite, et meme d’un simple citoyen ne concerne pas ces rupturiens.
    C’est dommage, et Dieu nous libere de ces gens la.
    Amen

  2. le monstre à visage humain c’est bien votre agbonnon. et sa fin est très proche. Yayi sera bientôt libre.

  3. une bonne conférence de presse…pendant laquelle…une mise en garde solennelle….aux bidasses tueurs…aux magistrats….qui font du zéle…et qui n’agissent plus au nom du peuple..

    Dis je…c’est une forme de résistance…

  4. Comme le président de la république est très très fort on n’a pas droit à la parole. On voit ça comme une conférante de presse pour le juger.
    Toute forme de résistance nous ai quand même utile pour combattre ce monstre.

    A toi Aziz.

  5. Il ne mérite pas ce qu’il vit maintenant mais il a le droit de faire ce qu’il a fait? Quels avocats immoraux!!!

Bouton retour en haut de la page
Fermer

Adblock détecté

Pour continuer à bénéficier gratuitement des services de ce site, vous devez d'abord supprimer votre bloqueur de publicité