Bénin: Parfaite de Banamè veut-elle révolutionner les micro- finances?

L’église de Banamè veut créer l’Evènement en révolutionnant les micro-finances. Un projet de près de plusieurs millions de fcfa sans garanti et sans taux d’intérêt est actuellement en cours selon des indiscrétions au sein de cette église qui fait parler d’elle depuis son apparition en 2009.

Dans le contexte socio politique actuel caractérisé par l’austérité, les responsables de l’église de Banamè viennent de mettre sur pieds un projet de micro-finances au bénéfice de leurs fidèles. En dehors du fait qu’il faut s’intéresser si le présent projet de prêt respecte les procédures et textes de la république ou les exigences en la matière, les conditions d’octroi de ces prêts peuvent faire également frémir tous les promoteurs d’institutions de micro-finance. En effet, selon quelques indiscrétions, il suffit pour l’aspirant de débourser 30.000 fcfa ou 45.000 fcfa selon sa catégorie sociale dans l’église pour bénéficier d’une cagnotte allant de 100 millions de fcfa à 300 Millions de fcfa et ceci sans garanti avec un échelonnement laissé au libre arbitre de l’emprunteur qui pourrait même bénéficier d’une remise de dette au cours du remboursement. Une révolution dans le système de micro-crédit qui doit attirer l’attention du gouvernement pour que l’histoire qu’on connait ne se répète point, Affaire ICC est encore vive dans nos mémoires.

Quid de la capacité financière de l’institution qui emprunte :

Dans un passé assez récent, l’institution morale qui propose des prêts à ses fidèles était criblée de dettes. L’information a été rendue publique par la principale responsable de cette institution, la nommée Daagbo, qui se dit dieu esprit saint. Dans un message audio de détresse, elle a alerté ses fidèles sur les difficultés financières auxquelles leur église est confrontée. Selon ses dires, la trésorerie était touchée à tel enseigne qu’elle a cessé depuis des mois d’honorer ses engagements vis-à-vis de ses prestataires qui ne sont rien d’autres que des fidèles de l’Eglise.

Mais seulement quelques mois après, on ne sait par quelle alchimie, elle a comblé tous ces trous au point de vouloir octroyer des prêts dont le montant et les conditions d’octroi sort de l’entendement. Une situation ubuesque qui mérite l’attention du gouvernement afin qu’il s’intéresse au drame social en préparation (si d’aventure les dispositions légales en la matière ne sont pas respectées) à Banamè ; les séquelles de ICC-SERVICES sont encore vivaces dans les esprits. Les fidèles de cette église, potentiels bénéficiaires de ce prêt doivent également faire preuve de prudence et de discernement et s’assurer de la disponibilité du fonds qu’on leur promet car réclamer plus tard des sous à son dieu serait de l’anathème.

.

 

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus