Crise au Soudan: vers une autre Libye?

Le Soudan risque de devenir un autre État en faillite comme la Libye ou la Somalie si l’opposition et l’armée ne s’accordent pas sur un processus de transition, a averti un diplomate américain.

Un résultat positif au Soudan, en plein trouble, serait un accord menant à un gouvernement civil, tandis qu’un résultat négatif pourrait conduire au « type de chaos qui règne en Libye ou en Somalie », a déclaré Tibor Nagy, secrétaire d’État américain aux Affaires africaines. Nagy a déclaré que l’ambiance avait radicalement changé le 3 juin, lorsque les forces de sécurité soudanaises avaient orchestré une répression meurtrière contre des manifestants pacifiques. « Jusqu’au 3 juin, tout le monde était tellement optimiste », a-t-il déclaré à la presse lors d’un point de presse téléphonique.

Plus de 100 personnes ont été tuées et environ 500 blessées lors de la répression d’un sit-in organisé à Khartoum, dans la capitale soudanaise, selon une association de médecins liés au mouvement de protestation. Les manifestants avaient exigé que l’armée, qui a renversé le dirigeant de longue date, Omar al-Bashir, lors d’un coup d’État en avril, remette le pouvoir à un gouvernement dirigé par des civils.

M. Nagy a déclaré que les États-Unis soutenaient les efforts de l’Union africaine pour assurer la médiation entre l’opposition civile et le conseil militaire de transition au pouvoir en vue d’une feuille de route pour les élections. Mais interrogé sur d’éventuelles sanctions, Nagy n’a pas exclu cette option. « Les Etats-Unis disent toujours que tous les outils disponibles restent sur la table », a-t-il déclaré.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus