France: la crise politique au Bénin débattue au Parlement

Ce mercredi 19 juin 2019, le député André Villiers a interpellé le gouvernement français sur la crise politique qui secoue le Bénin depuis quelques mois. Dans sa déclaration, il est revenu sur les événements qui ont marqué l’actualité socio-politique ces derniers mois. Face à tout ceci, il souhaite savoir ce que le gouvernement français fait pour que le Bénin ne sombre pas dans un cycle de violences permanent.

Le député français André Villiers se montre très préoccupé par la crise électorale au Bénin. Dans une déclaration adressée au Ministère de l’Europe et des affaires étrangères, il a rappelé les événements malheureux qui ont succédé aux élections législatives fortement contestées avec un taux d’abstention avoisinant 80%.

« En Avril dernier ont été organisées des élections législatives dont été exclus les partis de l’opposition. Malgré les nombreux appels au dialogue avec l’opposition et les médiations internationales le scrutin du 28 avril a été maintenu; le mécontentement du peuple s’est traduit par un taux d’abstention record avoisinant 80%. Cela n’a pas empêché la Cour constitutionnelle de proclamer les résultats répartissant les 83 postes de député entre les deux partis du Président. Des manifestation d’une violence jamais connue au Bénin ont envahi le pays… »   

Extrait de la déclaration diffusée en direct par La Chaîne Parlementaire (LCP).

Dans son récit, André Villiers a fait savoir que l’armée dans l’intention de réprimer les manifestations a fait usage de balles réelles ayant occasionné des morts. Il évoque l’enlèvement de deux touristes français dont la libération a causé la mort de deux soldats français. A l’en croire, c’est dans cette crise politique qu’est survenu cet événement qui a endeuillé la nation française. « C’est dans ce climat de peur et de terreur que le 1er mai deux de nos compatriotes ont été pris en otage par des djihadistes au Nord-Ouest du Bénin ».

Ministère de l’Europe et des affaires étrangères

En réponse aux préoccupations du député, le secrétaire d’Etat auprès du Ministre de l’Europe et des affaires étrangères a fait savoir que la France est très préoccupée par la crise qui secoue le Bénin. « La France et le Bénin ont une tradition de coopération forte depuis le retour de la démocratie en 1990. Et très clairement nous sommes préoccupés par la situation avec les Etat membres de l’Union Europe. Nous avons publiquement émis des regrets forts concernant le déroulement des élections du 28 avril », a-t-il déclaré.

[su_heading size= »17″]A lire aussi: Bénin – Crise post-électorale: les consignes de la France à ses ressortissants[/su_heading]

Pour le retour au calme, il fait savoir que la France met au-dessus de tous le dialogue entre protagonistes. C’est pourquoi elle appelle l’ensemble des acteurs concernés à la retenue. Le secrétaire d’Etat espère que les mesures d’apaisement annoncées par le Président Patrice Talon entre dans leur phase pratique afin que cette crise soit conjuguée au passé. Par ailleurs, il assure que le gouvernement français suit de près la situation, surtout en ce qui concerne la menace sur les libertés individuelles. Il a évoqué le cas de Sébastien Ajavon a qui l’Etat français a octroyé récemment le statut de réfugié.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus