Bénin: « le certificat de conformité est un appât pour distraire de l’essentiel… » Komi Koutché

La dernière rencontre entre le chef de l’Etat, le président Patrice Talon et une dizaine de partis politiques ne semble pas convaincre l’ancien ministre de l’économie et des finances, Komi Koutché qui soupçonne une tentative de déstabilisation du parti Fcbe. 

L’ancien ministre de l’économie sous le président Boni Yayi est préoccupé par les derniers développements de l’actualité. L’invitation adressée par le président Patrice Talon à certains partis politiques porte quelques pièges aux yeux de l’exilé politique. Dans une analyse postée sur son profil Facebook, il doute que le retour subit du numéro 1 béninois à de meilleurs sentiments envers les partis d’opposition est suspect. Pour lui, les partis politiques d’opposition ne pourront qu’arracher leur liberté.  » J’espère bien que ces valeureux hommes que j’ai connus pour leur attachement à un certain nombre de principes continueront d’être convaincus qu’une liberté durable arrachée à l’oppresseur au prix de douleur vaut mieux qu’un semblant de paix obtenue dans une compromission dont seul l’oppresseur connaît l’agenda. » indique-t-il.

Selon lui, contrairement à ce que certains pensent, « le challenge n’est pas seulement le retour des exilés et la libération de ceux qui sont déjà en prison. Il s’agit aussi et surtout de se battre pour empêcher que les potentiels exilés et prisonniers que sont aujourd’hui ceux-là même qui se croient libres, ne le deviennent un jour car tout est favorable à cette éventualité dans le Bénin d’aujourd’hui. »

Le combat doit consister, poursuit-il, à faire en sorte que le Béninois ne continue pas d’être en permanence sous la menace de la convocation d’une police et d’une justice politiques pour peu qu’il décide d’exercer sa liberté d’expression, de choix et d’action. Ce qui à son avis n’est pas possible avec le parlement qui est actuellement là et l’appât d’un certificat dit de conformité qu’on jette par manipulation à des gens pour leur dire d’aller s’occuper des élections municipales dont ils n’auront d’ailleurs aucun contrôle, juste pour éviter les vrais problèmes.

Komi Koutché reste convaincu que le  Bénin a un problème de crise profonde de démocratie et ce sera illusoire de penser que ceux qui l’ont créée  seront déjà si subitement nés de nouveau pour changer de paradigmes. La solution de sortie de crise reste donc pour lui « la résistance ».

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus