--- Publicité---

Bénin : Le nouveau pont de Tovêgbamè (Adjohoun) en voie d’inondation

La fin du mandat présidentiel de Thomas Boni Yayi a été marquée par le lancement tous azimuts des chantiers dans tout le pays. Parmi ces infrastructures lancées, figure la construction du nouveau pont de Tovêgbamè, dans la commune d’Adjohoun, département de l’Ouémé. Le nouveau régime a repris ce chantier en octroyant à l’entreprise le financement nécessaire. Alors que les travaux de construction de ce pont sont presque à la fin, l’on constate, avec la crue toujours en cours, que ce joyau risque l’inondation vue son niveau relativement bas.

 

--- Publicité---

Le nouveau pont de Tovêgbamé pourrait être submergé et compliquerait davantage le passage des usagers de l’axe Porto-Novo – Ouinhi. Le constat est presque ahurissant au regard du niveau de l’eau en cette période de crue. Cette dernière qui n’a même pas encore « dit son dernier mot » fera plomber tous ces efforts tant du gouvernement de l’ex-Président de la République de même que ceux de l’actuelle administration du Président Patrice Talon.

[su_heading size= »17″]A lire aussi : Bénin: le pont d’Agbado, dans la commune de Savalou a cédé [/su_heading]

La construction de ce pont est assurée par la société Souroubat BJ, spécialiste des ponts et chaussées et qui a gagné le marché sur appel d’offre. Cette société disposait de deux (2) ans pour finaliser les travaux. Mais aujourd’hui, et compte tenu des différentes saisons de crue et de pluie, le délai préalablement fixé est déjà dépassé déjà.

L’équipe de la rédaction a constaté, sur le terrain, que le niveau de l’eau est à moins d’un mètre du pont. Ce qui, du coup, rend impossible le passage des piroguiers qui n’ont que cet itinéraire pour se rendre de l’autre côté pour non seulement des activités champêtre, mais aussi de pêche.

Les responsables de Souroubat BJ disent avoir respecté les indications de leur cahier de charge. La question que se posent les habitants de la zone et même les usagers est de savoir ce qui arriverait si la crue évoluait ou si le phénomène de 2010 survenait encore.

[su_heading size= »17″]A lire aussi : Bénin – Evénements de Tchaourou: mouvement spontané ou organisé? [/su_heading]

Le directeur des infrastructures du ministère des transports est donc vivement invité à faire une descente sur le site pour constater de visu le phénomène afin de trouver des voies de solutions. Ce qui pourrait rassurer les uns et les autres. Sinon si le chantier est livré en l’état, le pire pourrait subvenir et toute la zone sera isolée avec tous les désagréments.

---Publicité---

Les commentaires sont fermés.

Dans le Flux de l'actualité

Nos partenaires et nous utilisons des données non sensibles comme des cookies ou des identifiants électroniques pour afficher des publicités personnalisées, mesurer le nombre de visiteurs ou encore adapter notre contenu. Cliquez sur le bouton pour donner votre consentement à ces opérations et profiter d'une expérience personnalisée. Vous pouvez modifier vos préférences à tout moment en revenant sur ce site. Accepter En savoir plus