Bénin: Louis Vlavonou cherche-t-il à Abidjan ce qu’il a perdu à Cotonou?

Dans la ville d’Abidjan en Côte d’Ivoire où il a pris part à l’assemblée parlementaire de la Francophonie, le président de l’Assemblée nationale du Bénin, Louis Vlavonou, a tenu un discours qui semble une offensive diplomatique afin d’acquérir une légitimité auprès de ses pairs. Dans son speech, loin de calmer les ardeurs des opposants au régime Talon, il a semblé jeter de l’huile sur le feu pour donner du grain à moudre aux forces de la résistance.

Louis Gbèhounou Vlavonou continue l’offensive diplomatique. A chacune de ses sorties, il rivalise d’ardeur pour prouver la légitimité du parlement, huitième législature. Alors qu’il était à Abidjan pour participer à la 45è assemblée parlementaire de la Francophonie, la deuxième personnalité de l’Etat béninois s’est évertuée à expliquer à ses pairs les réformes politiques engagées et les implications des élections à caractère exclusif du 28 avril 2019. Louis Vlavonou en veut pour preuve, les recommandations de la Cédéao en sa session du 24 juin à Abuja.

En procédant de la sorte, Louis Vlavonou dont la légitimité est contestée par plus d’un depuis son installation, confirme la mise en abyme qu’on lui a prêté jusque-là. Au lieu de se concentrer sur l’essentiel, il perdra du temps à rechercher, là où il n’en a vraiment pas besoin, ce qui le recroqueville davantage. Le président de l’institution parlementaire, à moins d’avoir des projets dont lui seul connaît les motifs, contribue, vaille que vaille, au renforcement de la résistance au régime de Patrice Talon à travers son discours. Lorsqu’il a déclaré « cette opposition disposait de six (06) mois pour se conformer aux nouvelles règles. Ne pas le faire et exiger de revenir à l’ancienne charte à un moment où cela ne pouvait que conduire à un vide institutionnel, relevait d’un complot contre la démocratie béninoise », ne donne-t-il pas raison à ceux qui arguaient qu’il y a conspiration pour réviser la loi fondamentale avant les législatives?

Ce ne sont pas les députés des autres parlements qui ont besoin d’explications à foison sur le recul démocratique du Bénin. Il vaut mieux batailler pour avoir la population, celle qui a boycotté les élections, dans son camp. Ce serait peine perdue si ta famille te rejette et tu te fais aduler à l’étranger. Il vaut mieux changer son interprétation du rejet pour faire la paix avec le peuple béninois et en l’occurrence la classe politique. La légitimité du parlement béninois n’est pas à rechercher dans les fora à l’international. Encore moins au sein d’un parlement constitué des partisans d’une seule obédience politique mais au sein de la classe politique en général.

 

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus