Bénin: l’Unesco contre la construction d’une clôture électrifiée autour de la Penjari?

Le Bénin, après les enlèvements des deux Français dans le parc de la Penjari, a voulu ériger une clôture électrifiée autour du parc afin d’éviter des attaques terroristes à l’avenir. Cette ambition semble contraire aux normes de l’Unesco qui, à l’instar des pays limitrophes du Bénin, s’y oppose.

Pour empêcher les individus sans foi ni loi d’user de cheval de Troie pour faire incursion dans le parc de la Penjari. Des diligences dans ce sens devraient déjà prendre corps si les institutions internationales n’avaient pas émis des réserves. En effet, les pays partageant la frontière avec le Bénin ne sont pas d’avis avec le Bénin sur cette question d’érection de mur. Les organismes de promotion du tourisme des pays de l’Uemoa, ont fait part de leurs griefs contre ce projet du Bénin. Ils jugent qu’il ruinerait la transhumance des animaux, des personnes et des biens dans l’espace. C’était à Ouagadougou du 19 au 21 juin 2019.

Selon Jeune Afrique, l’Unesco est aussi dans la dynamique des promoteurs culturels de l’Uemoa. Elle ne partage pas l’option du gouvernement. Le projet conçu sur les orientations du gestionnaire du Parc, African Park Network, risque d’être étouffé dans l’œuf.

Pour rappel, le Parc Pendjari couvre une superficie de 4.800 km2 est une aire protégée du Bénin, située à l’extrême nord-ouest, dans le département de l’Atacora. Il est le plus grand écosystème intact d’Afrique de l’Ouest et le dernier refuge de la plus grande population d’éléphants et de lions de la région. Il est également classé « réserve de biosphère transfrontalière » par l’Unesco.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus