Crise au Soudan: le conseil militaire et les contestataires vident un point clé

Au Soudan, l’Alliance pour la liberté et le changement (ALC), fer de lance de la contestation et le conseil militaire ont repris les négociations mercredi 3 juillet à Khartoum. Sous la médiation de l’UA et de l’Ethiopie, le grand point de discorde a été vidé.

Trois généraux et cinq civils étaient autour de la table de négociation en compagnie des médiateurs. C’est une première reprise de langue entre les deux parties après les sanglantes répressions des manifestations de début juin. En effet, si la composition et le contrôle de la prochaine instance dirigeante de la transition semble être la pomme de discorde, les facilitateurs ont cette fois-ci trouvé une formule qui fait l’unanimité.

Soudan: plusieurs morts et des blessés dans une manifestation violemment réprimée à Khartoum

Selon le dernier document déposé sur la table deux rivaux, l’organe transitoire serait composé de sept militaires, sept civils issus de l’Alliance pour la Liberté et le Changement et d’un autre civil désigné par les deux camps. Un militaire devrait présider le Conseil souverain pendant 18 mois, avant de passer la main à un civil. Au total, la transition doit durer trois ans, précise le document cité par l’AFP. A Khartoum, l’on parle d’une petite victoire. Pour les contestataires, l’objectif est de poursuivre les négociations pour aboutir à un accord exhaustif de sortie de crise dans les 72h à venir. A ce stade, le mythe sur la succession d’Omar el-Béchir a désormais du plomb dans l’aile.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus