Rencontre Patrice Talon-Opposition: après ce premier pas, le plus dur reste-t-il à venir?

Annoncée par un communiqué du cabinet civil de la présidence de la République, la rencontre entre le chef de l’Etat béninois, le président Patrice Talon et une dizaine de partis politiques a eu lieu ce lundi 15 Juillet 2019. Au menu des discussions, la délivrance du certificat de conformité. Après cette première étape, un autre pas pourrait-il être posé?

La rencontre d’hier au palais de la présidence de la république entre le président Patrice Talon et une partie de la classe politique ne peut suffire à elle seule pour décrisper l’atmosphère tendue créée par les dernières élections législatives. Les partis invités à la rencontre d’hier sont ceux-là ayant fait les démarches de constitution ou de mise en conformité au niveau du ministère de l’Intérieur, mais dont les dossiers n’ont pas abouti. Ce n’était donc pas les échanges directs et inclusifs annoncés avec la classe politique. Mais après cette étape, qui n’est qu’une première dans une série à en croire le chef de l’Etat, le président Patrice Talon aura-t-il le courage d’aller plus loin?

La reprise des élections et l’amnistie des exilés politiques, des préalables pour l’opposition:

Le dialogue est pour beaucoup la seule voie de sortie de crise. Seulement, le chemin du dialogue est déjà parsemés de bien d’obstacles. Si la rencontre entre l’opposition et la classe politique s’est relativement bien déroulée ce lundi, c’est sans doute parce que la problématique que pose l’ordre du jour n’est pas très difficile à résoudre. En effet, la délivrance du certificat de conformité est un acte administratif donc un acte à la hauteur du gouvernement. Une fois cette étape franchie, l’étape suivante qui ne devait pas non plus être difficile va concerner les textes électoraux dont la relecture est quasiment un acquis. L’opposition n’étant pas représentée au parlement peut à la faveur d’une prochaine rencontre exposer ses desiderata qui pourront par la suite faire l’objet d’appréciation. Une fois ce second pas franchi, le reste pourrait faire l’objet de radicalisation des positions.

Bénin: la rencontre Talon-opposition révèle le côté caché des incohérences, selon Sylvain Akindès

En effet, les piliers essentiels  des échanges annoncés restent la reprise des élections législatives et le retour au pays des exilés politiques ainsi que l’arrêt des actes de privation de liberté. Cette étape de la démarche qui vient d’être entamée pourrait être le point d’achoppement. Les préalables énumérés par les forces de l’opposition rencontreront tout de suite des obstacles. Pour les partisans du chef de l’Etat, les élections législatives dernières se sont déroulées dans les règles de l’art et il n’est pas question de croire un seul instant qu’elles pourront être annulées. Or pour l’opposition, les législatives sont l’objet même de la crise et la configuration actuelle de l’Assemblée nationale est inacceptable dans un état démocratique.

C’est donc à ce niveau d’échange qu’on pourrait mesurer toute la portée de la capacité du chef de l’Etat à convoquer l’ensemble de la classe politique pour des solutions consensuelles pour une sortie de crise: L’étape sans doute la plus difficile du processus qui vient d’être engagée depuis ce lundi 15 Juillet. Le président Patrice Talon pourra-t-il avoir l’audace d’aborder sereinement face à l’opposition la question de l’annulation ou non des élections législatives? pourrait-il faire des concessions quant au retour des exilés politiques? Des questions aux réponses difficiles.

Un pas de franchi mais il va falloir plus pour renouer avec la confiance: 

Si la tenue de la rencontre entre le chef de l’Etat et certains partis politiques de ce lundi peut apporter de l’eau au moulin de ceux qui affirment qu’il n’y aura pas de discussion, elle atteste tout de même que l’assise nationale tant prônée par certains n’aura pas lieu. La démarche actuelle qui vise à porter des correctifs à certains actes administratifs et législatifs n’ira pas jusqu’à la satisfaction des attentes de l’opposition.

Bénin: Patrice Talon et l’opposition divisés sur le contenu du dialogue

S’il est vrai que faire des concessions est le propre de toute négociation, dans le cas d’espèce, il serait difficile pour l’opposition de passer un coup de chiffon sur les élections législatives passées et pour la mouvance d’accéder à la requête de la reprise des élections. Il va donc falloir plus que les deux points (le certificat de conformité et la charte des partis politiques) soulignés par le chef de l’Etat pour renouer avec la confiance et parvenir à juguler la crise. La démarche actuelle est donc à saluer mais au delà de cette démarche, il faut que le processus parvienne à réconcilier le peuple béninois, à panser les plaies  et à entamer un véritable « nouveau départ ». Toute chose qui prouvera une fois de plus « notre capacité à surmonter nos divergences, nos querelles pour construire le pays ».

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus