Suspension du Pr Augustin Loada: la délégation burkinabè boycotte la 41e session du CAMES

Dans un communiqué, le secrétaire général du Conseil africain et malgache des enseignants du supérieur (CAMES), Pr Bertrand Mbatchi, a décidé de suspendre le Professeur burkinabè Augustin Loada des travaux de la 41e session des Comités consultatifs interafricains. Une décision qui n’a pas été du goût de la délégation du Burkina-Faso composée d’enseignants-chercheurs et de chercheurs. ils ont ainsi décidé de boycotter la session 2019 du CAMES.

19 pays membres du CAMES ont honoré de leur présence aux travaux de la 41e session des Comités consultatifs interafricains (CCI) du Conseil africain et malgache pour l’enseignement supérieur et la recherche (CAMES) ouverte ce 8 juillet 2019 à Bangui en république Centrafricaine. Mais, dans un communiqué publié le 04 juillet 2019 par le Conseil  Africain et Malgache des Enseignants du Supérieur (CAMES), le Secrétaire Général du CAMES, Pr Bertrand MBATCHI a décidé de suspendre, à titre conservatoire, le Pr Augustin LOADA des travaux de la 41e session des Comités consultatifs interafricains.

En effet, le Professeur est accusé par des collègues de les avoir empêchés d’accéder au grade supérieur dans le domaine des sciences juridiques et politiques. L’un des plaignants, le Pr Abdoulaye Soma, enseignant de droit constitutionnel, autrefois étudiant du mis en cause, accuse son maître de bloquer son accession au titre de professeur titulaire des facultés de droit. Une décision rejetée par le ministère burkinabè en charge de l’Enseignement Supérieur qui propose le candidat à ce poste.

Pour participer aux travaux en vue de statuer sur le sort des 1 821 candidats pour cette session de 2019, la délégation burkinabè a posé un préalable. Le retrait pur et simple de la mesure de suspension infligée au Pr Loada. Ce que le CAMES n’a pas accepté. Devant le refus du Secrétaire Général du CAMES d’annuler l’arrêté portant suspension du Pr LOADA, la délégation burkinabè a décidé de boycotter la session. Les candidats du Burkina Faso à la session 2019 du CAMES devraient donc être évalués en l’absence de membres burkinabè dans le jury.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus