Politique

Algérie : qui a assassiné l’ancien président Mohamed Boudiaf ? Des généraux accusés

Nasser Boudiaf, fils de feu le président algérien Mohamed Boudiaf, a accusé quatre généraux d’implication dans l’assassinat de son père, soulignant que l’assassinat «était politique par excellence».

Boudiaf a révélé dimanche dans un article publié sur sa page Facebook qu’il avait l’intention de déposer officiellement une plainte contre les généraux en septembre dans le cas de l’assassinat de son père en 1992. Il a ajouté que la raison de ce retard dans la plainte » est de préparer le dossier d’assassinat dans son intégralité.  » Boudiaf Jr. a indiqué que les deux principaux accusés dans cette affaire sont l’ancien ministre de la Défense, Khaled Nizar, et l’ancien chef des services de renseignements, Mohammed Median, surnommé le général Tawfiq. Khaled Nizar est accusé d’assassinat de Boudiaf parce qu’il était ministre de la Défense à l’époque et membre du Conseil d’État suprême, et qu’il avait convaincu Boudiaf de revenir de son exil au Maroc et d’assumer la présidence.

--- Publicité---

Boudiaf Jr. a estimé que l’émission d’un mandat d’arrêt international contre Khaled Nizar « est très positive d’un point de vue juridique car elle permet d’ouvrir le dossier de Boudiaf ». Nasser Boudiaf a ajouté: «J’ai également accusé le général Tawfiq de la même manière. L’homme était une figure éminente des services de renseignement de l’époque et se trouve également actuellement dans une prison militaire pour conspiration contre l’armée et violation de l’ordre public. Je pense également que quatre officiers supérieurs ont participé à l’assassinat de mon père, à savoir le général Larbi Belkheir, chef du bureau de la présidence, et le général Abdel Malek Gueneizia, qui a exercé pendant des années les fonctions de ministre adjoint de la Défense »

Les doutes ont encore été aggravés par l’émergence des déclarations de 2015 d’Ammar Saadani, ancien secrétaire général du Front de libération nationale. Saadani a fait allusion à l’implication du général Tawfiq. De plus, le président du Conseil suprême de l’islam, Bouabdallah Gholamallah, a déclaré en 2017 que ceux qui étaient à côté de Boudiaf étaient ceux qui l’avaient trahi.

---Publicité---

Bouton retour en haut de la page
Fermer

Adblock détecté

Pour continuer à bénéficier gratuitement des services de ce site, vous devez d'abord supprimer votre bloqueur de publicité