A la UnePolitique

Côte d’ivoire : Bédié se sert-il de Gbagbo pour assouvir sa soif de vengeance ?

Les préparatifs en Côte d’Ivoire pour la présidentielle de l’année prochaine sont en cours dans les différents états-majors des partis politiques . De son côté, Henri Konan Bédié aussi mène les tractations pour s’associer de puissants alliés afin de pouvoir évincer son ancien partenaire.

L’objectif est clair: « former une puissante alliance pour éjecter Alassane Ouattara du fauteuil présidentiel ». C’est ce qui motive pour le moment le président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI-RDA), ancien allié de l’actuel homme fort du pays, Alassane Ouattara. Après la brouille entre les deux dinosaures politiques ivoiriens, le crash a eu lieu et ils sont devenus désormais des adversaires sérieux et redoutables l’un pour l’autre. Ouattara a mis en place son parti unifié, le RHDP, qui lui permettrait de s’imposer  en 2020 ; pour sa part, « monsieur PDCI » a décidé de faire l’impensable, une alliance avec l’autre ancien président, Laurent Gbagbo. Ce qui d’ailleurs a été à la base de leur rencontre de juillet dernier, rencontre qui, apparemment a donné des résultats positifs.

--- Publicité---

Dans sa plateforme politique, Henri Konan Bédié y voit non seulement Gbagbo, mais aussi Blé Goudé, et bien entendu, l’autre frustré du régime Ouattara, Guillaume Soro. Le plus dur pour Bédié était déjà de convaincre le Woody de Mama, après cette étape, les autres parties de l’opération de charme pourraient être moins exigeants. Si cette coalition arrive à prendre corps, ce serait une des plus puissantes plateformes politiques du pays, si elle ne devient pas la plus puissante. Le RHDP aura donc un challenger de taille en face.

Drôle d’objectif politique

Toutefois, l’objectif de la création de cette plateforme est ce qui dérange. S’il faut faire une si grande alliance pour ne servir que les besoins de « vendetta » d’un certain politique aigris pour avoir été écarté de la marmite du pouvoir, alors cela serait un grand gâchis et une déception pour le peuple ivoirien qui n’a pas besoin d’autres conflits mais plutôt de rassemblement et de paix entre les leaders et aussi entre le peuple. Une coalition pour « chasser » du pouvoir Ouattara et ses fidèles ; d’accord, et après? C’est la question qu’il convient de se poser. Gbagbo Laurent avait indiqué qu’il ne s’allierait pas à un parti ou individu pour combattre un autre ivoirien, mais que ce sera pour participer à l’épanouissement de tous les ivoiriens et au développement du pays. Il va sans dire que l’un des deux devra revoir sa copie si alliance il y aura.

Dans l’état actuel des choses, Bédié semble être celui qui sortira gagnant si l’alliance arrive réellement à faire partir Ouattara et ses partisans du pouvoir. En effet, Gbagbo resterait, à quelques doutes seulement près, fidèle à son principe, celui de travailler pour la paix et le développement de la Côte d’Ivoire comme il le prône depuis la CPI. Cela signifie que, vu que c’est lui qui est demandeur, Bédié devra se conformer aux idéaux de Gbagbo s’il veut cet allié-là précisément. Cependant, il ne perdrait rien à adopter les ambitions du FPI (pro Gbagbo) puisque dans tous les cas, ce qui le motive lui, ce n’est que le départ de Ouattara. Une vengeance qu’il compte coûte que coûte assouvir alors que la Côte d’Ivoire parle de paix et de réconciliation. On pourrait déduire de la démarche de l’homme du PDCI, que ce dernier en réalité veut se servir de Gbagbo pour régler ses comptes avec Ouattara. Un piège que l’époux de Simone devra éviter s’il tient toujours à ses ambitions de réconciliation et de paix.

Unité

Selon certains observateurs, depuis la crise postélectorale et l’avènement du régime Ouattara au pouvoir en Côte d’Ivoire, Henry Konan Bédié semble être,  celui qui se préoccupe moins de l’aspect paix et réconciliation dans le pays, ne serait-ce que pour faire semblant. Plusieurs autres politiques, même Ouattara, semblent aussi tomber dans ce gouffre de recherche du pouvoir, et des coups partent de part et d’autres. Dans tous les cas, tant que les leaders politiques, ceux-là même qui ont conduit la Côte d’Ivoire dans ce grand fossé de méfiance et de conflit, ne se décideront pas à abandonner les querelles et les intérêts personnels, pour travailler pour l’unité du pays, la Côte d’ivoire n’est pas prête de retrouver son éclat d’autrefois.

---Publicité---

Bouton retour en haut de la page
Fermer

Adblock détecté

Pour continuer à bénéficier gratuitement des services de ce site, vous devez d'abord supprimer votre bloqueur de publicité