Non classifié(e)

Crise entre l’Iran et les Etats Unis : Téhéran expose les préalables de tout dialogue

L’Iran ne parlera pas aux États-Unis tant que toutes les sanctions imposées à Téhéran n’auront pas été levées, a déclaré le président Hassan Rouhani, un jour après que le président Donald Trump a annoncé qu’il rencontrerait son homologue iranien pour tenter de mettre fin à l’impasse nucléaire.

Trump a déclaré lundi qu’il rencontrerait le président iranien dans de bonnes circonstances pour mettre fin à la confrontation à propos de l’accord nucléaire conclu entre Téhéran et six puissances dont les USA, en 2015. Des discussions étaient en cours pour déterminer comment les pays pourraient ouvrir des lignes de crédit pour maintenir l’économie iranienne à flot. « Le pas est de retirer les sanctions. Vous devez retirer toutes les sanctions illégales, injustes et fausses contre la nation iranienne », a déclaré Rouhani dans un discours télévisé prononcé mardi dans la capitale, Téhéran. « Sans cette étape, l’impasse ne sera pas débloquée », a-t-il ajouté.

--- Publicité---

[su_heading size= »17″]A lire aussi : Sommet du G7 : Trump n’a pas voulu rencontrer le ministre iranien des Affaires étrangères[/su_heading]

« Sans que l’Amérique ne retire les sanctions et n’abandonne la mauvaise voie qu’elle a choisie, nous ne serons témoins d’aucun développement positif. La clé d’un changement positif est entre les mains de Washington. »

L’économie iranienne a été touchée par les sanctions imposées par les États-Unis après la sortie, en mai dernier, de Trump d’un accord sur le nucléaire conclu en 2015 entre Téhéran et les puissances mondiales. L’accord historique offrait à l’Iran un allègement des sanctions mondiales en échange d’une limitation de son programme nucléaire.  S’exprimant lors du sommet du G7 dans la station balnéaire française de Biarritz lundi, Trump a exclu la levée des sanctions économiques pour compenser les pertes subies par l’Iran. Les signataires restants, Royaume-Uni, France, Allemagne, Chine et Russie, ont du mal à sauver l’accord alors que les tensions se creusaient.

‘Faire le premier pas’

Trump a mis en place une politique de « pression maximale » sur l’Iran par le biais de sanctions invalidantes qui, selon les critiques, augmentent le risque de conflit au Moyen-Orient entre les États-Unis et l’Iran. L’Iran a réduit ses engagements au titre du pacte en guise de représailles aux sanctions américaines. « Nous continuerons à réduire nos engagements dans le cadre de l’accord de 2015 si nos intérêts ne sont pas garantis », a déclaré Rouhani dans son discours retransmis en direct. « Téhéran n’a jamais voulu d’armes nucléaires. Alors, faites le premier pas. Sans ce pas, ce verrou ne sera pas déverrouillé », a insisté Rouhani.

[su_heading size= »17″]A lire aussi : Sommet G7: l’Iran s’invite à Biarritz à la grande surprise de Donald Trump[/su_heading]

A Biarritz, le président français Emmanuel Macron a déclaré que les « conditions pour une réunion » entre Trump et Rouhani « dans les prochaines semaines » avaient été créées par une diplomatie intensive et des consultations. Trump, s’exprimant aux côtés de Macron lors de la dernière conférence de presse du sommet du G7, a déclaré qu’il « serait certainement d’accord avec cela » et que le calendrier proposé par son homologue français était réaliste. « Je pense qu’il (Rouhani) va vouloir la rencontre. Je pense que l’Iran veut remédier à la situation. Ils souffrent terriblement », a déclaré Trump. Rouhani et Trump devraient se rendre à New York à l’Assemblée générale des Nations Unies à la fin du mois de septembre, ce qui pourrait constituer une opportunité pour des discussions.

---Publicité---

Bouton retour en haut de la page
Fermer

Adblock détecté

Pour continuer à bénéficier gratuitement des services de ce site, vous devez d'abord supprimer votre bloqueur de publicité