Malawi: vers l’annulation du scrutin présidentiel du 21 mai dernier?

Quelques mois après la tenue de la présidentielle du 21 mai, la cour constitutionnelle malawite a rouvert ce jeudi 8 août l’étude des recours de l’opposition qui exige l’annulation du scrutin présidentiel pour « fraudes massives ».

La victoire du président Peter Mutharika à la dernière élection du 21 mai sera-t-elle remise en cause ? C’est ce que tente de clarifier la cour constitutionnelle saisie par les candidats du Congrès du Malawi (MCP) et le Mouvement uni pour la transformation (UTM), les formations des deux principaux rivaux de M. Mutharika à ladite échéance. La  commission électorale avait proclamé la victoire de M. Mutharika avec 38,57 % des suffrages exprimés. Ses adversaires politiques Lazarus Chakwera (MCP) et Saulos Chilima (UTM) avaient obtenu respectivement 35,41 % et 20,24 %.

Dès l’annonce des résultats, l’opposition a dénoncé des fraudes massives, l’utilisation de feuilles d’émargement non officielles, des ratures et surtout, le nombre élevé de taches de correcteur fluide surchargées de biffures sur les bulletins de vote. Et, vu l’écart qui sépare les deux premiers candidats arrivés en tête du scrutin, des doutes planent sur la véracité des résultats proclamés. Depuis le mois de mai, les partisans des leaders d’opposition descendent régulièrement pour revendiquer la victoire de leurs leaders. La décision de la cour constitutionnelle est attendue dans les prochains jours pour mettre fin au flou autour dudit dossier.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus