Politique

Bénin: 3 mois d’éducation patriotique au camp, promesse de Koovi aux comploteurs contre le pays

Les acteurs politiques béninois n’aiment pas leur pays. C’est l’amer constat fait par l’ancien candidat à l’élection présidentielle de 2016, le président de l’Alliance Iroko. Dans un audio en réponse au journaliste Aboubakar qui a écrit sur lui, Bertin Koovi promet des séjours au camp pour formation à la citoyenneté, lorsqu’il sera élu président de la République.

Le président de l’Alliance Iroko, Bertin Koovi Sègbohouè n’a pas abandonné son rêve de diriger le Bénin et de mettre en oeuvre l’économie fondamentale pour laquelle il serait sollicité un peu partout dans le monde. Dans un audio adressé au directeur de publication du journal « Béninois Libéré », l’homme qui vient de quitter une résidence surveillée de plusieurs mois en Guinée Equatoriale pour la Bolivie promet trois mois de formation à l’amour de la patrie au camp militaire à Aboubakar Takou et aux politiciens béninois « profito-situationnistes » qui complotent contre le Bénin.

--- Publicité---

Dans ce lot d’acteurs politiques, le président de l’Alliance Iroko n’épargne pas le président Bruno Amoussou, président du parti « Union Progressiste » et le président du parti du renouveau démocratique, Me Adrien Houngbédji a qui, il promet le même sort pour le rôle qu’il joue à côté de l’actuel chef de l’Etat.

Actuellement en exil en Bolivie où il se réfugie grâce à l’appui de l’ONU après avoir passé des mois en résidence surveillée dans sa seconde patrie, la Guinée Equatoriale, Bertin Koovi invite le peuple béninois à la création du parti « Les forces coalisées du Bénin »  du Bénin car selon lui le président Patrice Talon est désormais « fini ». Convaincu que le Bénin ne peut se développer que par l’économie fondamentale, Bertin Koovi croit toujours à une chance d’être président de la République. Une fois élu, la première mission qu’il s’assigne est d’éduquer les acteurs politiques qui n’ont de conviction que de profiter des ressources du pays à une formation à la citoyenneté au camp militaire.

---Publicité---

Un commentaire

  1. Les acteurs politiques béninois n’aiment pas le Bénin.
    *Mais, Il faut leur reconnaître qu’ils adorent leurs enfants !*
    N’est-ce pas, VIHOUTOU ?

  2. Humm qu’est-ce qu’un trafiquant connait de l’amour de la patrie au point d’en enseigner ? Et ce, après qu’il n’ait plus le passeport diplomatique étranger obtenu dans le but de faciliter les trafics pour le compte de milieux sulfureux ?

Bouton retour en haut de la page
Fermer

Adblock détecté

Pour continuer à bénéficier gratuitement des services de ce site, vous devez d'abord supprimer votre bloqueur de publicité