Bénin – Loi d’amnistie: il doit avoir plus de 63 prisonniers à libérer, selon Paul Hounkpè

Après la promulgation de la loi sur l’amnistie, 63 personnes jadis maintenues dans les liens de la détention aux lendemains des violences post-électorales, ont recouvré leur liberté. Mais pour le secrétaire exécutif national des Fcbe, Paul Hounkpè, le chiffre 63 est une minoration du nombre  des incarcérés. 

Reçu ce dimanche 10 Novembre 2019, le secrétaire national exécutif des Fcbe, Paul Hounkpè, l’He Augustin Ahouanvoébla de l’union progressiste et l’expert en gouvernance politique Joël Atayi-Guèdègbé ont opiné sur les dernières actualités politiques nationales. Le représentant du parti Fcbe, l’ancien ministre Paul Hounkpè pense qu’il y a plus de 63 jeunes mis en détention depuis les dernières élections législatives. Pour lui, le chiffre 63 est assez réducteur  et sa formation prendra le temps de faire le point des personnes emprisonnées. L’ambiguïté de la situation, poursuit-il, est que ces jeunes qui sont arrêtés sont éparpillés un peu partout dans les prisons. Pour lui, ces prisonniers avoisinent la centaine et on aura le temps de savoir le chiffre exact.

Pour rappel, en application de la loi sur l’amnistie adoptée le 31 octobre par l’Assemblée nationale et promulguée par le chef de l’Etat en début de semaine, Mario Mètonou, procureur de la République avait autorisé la mise en liberté immédiate des 63 personnes impliquées dans les violences post-électorales d’avril et de mai 2019 au Bénin. Cette loi est l’une des recommandations issues du dialogue politique initié par le président Patrice Talon dans le cadre du retour de la paix et le maintien de la cohésion nationale.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus