Wadagni sur la 5è revue du FMI: « les résultats nous confirment que nous sommes sur la bonne voie »

« Si vous prenez les vingt dernières années, c’est la première fois de l’histoire que le Bénin connaît trois ans de suite un taux de croissance supérieur à 5%. Ça veut dire que quelque chose est en train de se passer. Quand le FMI vient vous conforter dans ses éléments, ça vous oblige et vous encourage à poursuivre les efforts. Nous sommes sur la bonne voie. » Ainsi s’exprimait Romuald wadagni lors du point de presse conjoint qu’il a animé avec le chargé de mission du FMI. 

Les observations de la mission du Fonds Monétaires International (FMI) qui a séjourné pendant deux semaines à Cotonou a rassuré le ministre de l’économie et des finances, Romuald wadagni sur les orientations économiques du gouvernement.  Lors du point de presse conjoint qu’il a animé ce Mardi 5 Novembre 2019 à la présidence de la République avec le chef de mission du FMI, Monsieur Luc Eyraud, le ministre béninois de l’économie et des finances a indiqué les résultats obtenus par le gouvernement le rassure sur le fait qu’ils sont sur la bonne voie. « Plus le temps passera, plus chacun de nos concitoyens s’apercevra que l’ensemble des décisions qui parfois sont difficiles à comprendre aujourd’hui, était nécessaire. » affirme-t-il. 

A croire le ministre Romuald Wadagni, avec cette lancée, d’ici quelques années, le Bénin n’aura plus rien à envier aux autres pays de la sous-région en terme de développement et d’infrastructures. «  Il faudra que dans les années à venir, on regarde le Bénin comme une oasis de pays et de prospérité en Afrique. C’est cela l’ambition du Président Talon et les résultats nous confirment que nous sommes sur la bonne voie. » précise-t-il. Selon lui, le premier message est que les résultats sont très satisfaisants. Le deuxième message, c’est que l’économie du Bénin se porte bien. « On a une croissance qui reste dynamique malgré les chocs exogènes, notamment les chocs liés à la fermeture des frontières avec le Nigeria. Ces deux éléments ne sont pas le fait du hasard. » martèle-t-il avant de poursuivre: « Si je prends le premier élément qui est relatif aux résultats de nos travaux, je vais juste rappeler que le gouvernement a jugé utile de faire appel au FMI dans sa volonté d’avoir un œil externe, un œil critique afin de voir la manière dont est gérée aujourd’hui ce qui appartient à la communauté c’est à dire les finances publiques mais également la manière dont tout cela est gérée pour les jeunes béninois de demain. » lance-t-il.

Pour lui, l’économie du Bénin est aujourd’hui une économie qui est beaucoup plus résiliente. Nous sommes dans une période où nous connaissons un choc exogène. Mais malgré ça la conjoncture est relativement bonne, la croissance se maintient à un niveau qui reste l’un des plus forts en Afrique.

Les commentaires sont fermés.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus