Diplomatie

Bénin – Fermeture des frontières: Voici ce que ferait Benoît Illassa s’il était conseiller de Talon

L’ancien ambassadeur du Bénin auprès de l’organisation internationale de la Francophonie, Benoît Illassa a sa formule pour résoudre la crise frontalière entre le Bénin et le Nigéria.

Les autorités béninoises peinent-elles à trouver la solution susceptible de permettre au Nigéria de ré-ouvrir ses frontières? C’est le sentiment qu’elles donnent à l’ancien ambassadeur auprès de l’organisation internationale de la Francophonie, Benoit Illassa qui semble disposer d’une solution à cette crise qui n’a que trop duré. Dans un post sur sa page Facebook, l’un des premiers soutiens politiques du candidat Patrice Talon devenu critique depuis un moment expose ce qu’il dirait au président de la République s’il était son conseiller. « si j’étais Conseiller du président Patrice Talon, j’allais lui conseiller d’opérer une action de communication d’envergure dans la presse nigériane pour dire, je vous ai compris ! » indique-t-il dans son post.

--- Publicité---

Pour le juriste d’entreprise et l’un des farouches opposant de l’ex président Thomas Boni Yayi, il ne s’agit pas d’aller à la fronde dans la situation actuelle. Chaque partie, estime-t-il  doit consentir un peu de sacrifice « comme dans une relation amoureuse ». Pour lui, « une action de communication d’envergure dans la presse nigériane pourrait retourner la situation en notre faveur« . Aussi, précise-t-il, le président béninois est en fin de mandat là où Buhari débute le sien. Et engager un bras de fer avec le géant de l’Est serait un défi perdu à l’avance, conclut-il.

---Publicité---

2 commentaires

  1. Benoît ILLASSA que je connais bien comme ami sur Facebook est un homme assez intelligent qui me semble-t-il à contribuer à la victoire du Président TALON mais n’a pas été récompensé à juste titre à cause des intrigues intrinsèques à tout pouvoir politique. Il s’est mis à cœur de regagner la confiance de TALON. Cela n’est pas une mauvaise chose. De plus, je suis d’accord avec lui sur le fait que le gouvernement du Bénin ne communique pas assez sur la question de la fermeture des frontières. Selon moi, cette communication doit se faire non seulement en direction l’opinion nationale pour expliquer aux citoyens béninois les changements de comportements qu’exigerait une bonne relation de voisinage avec le Nigeria mais aussi en direction de l’élite politique et les citoyens ordinaires nigérians qui s’imaginent que la contrebande n’est fait que des Béninois et que le gouvernement béninois est impliqué ou encourage le fléau. Les Nigérians occultent le fait que ce qu’ils appellent aujourd’hui contrebande est une méthode séculaire d’échange commerciale entre des communautés frontalières ayant les mêmes affinités ethniques et linguistiques. Ils ignorent aussi que leurs services des douanes, de la police et de l’immigration sont inefficaces à cause de la grande corruption en leur sein et que le Bénin n’est pas responsable de cette corruption, que le secteur informel au Nigeria est même plus important qu’au Bénin, que le Bénin ne peut pas à lui seul contrôler et empêcher cette contrebande, que le Bénin à cette étape-ci de son développement ne peut pas se permettre d’interdire l’importation du riz au risque de provoquer une famine, que les deux pays ont besoin de mettre en place des mécanismes de coopération pour des solutions durables à cette crise frontalière.

  2. Frères béninois, êtes-vous allés au Nigeria pour savoir et connaître les problèmes des nigérians sans verte affaires dé fermeture des frontières du bénin, du niger, du Cameroun et du Tchad ? Alors arrêtez et soyez un peu dignes, au lieu de croire que c’est Le Président de nôtre pays qui est lredponsable des problèmes du voisin de l’est .

Bouton retour en haut de la page
Fermer

Adblock détecté

Pour continuer à bénéficier gratuitement des services de ce site, vous devez d'abord supprimer votre bloqueur de publicité